mercredi 8 décembre 2010

La fin de la philosophie?











Quand on considère l'histoire de l'humanité on peut se représenter que les hommes de sciences ont beaucoup plus contribué directement à l'évolution de nos connaissances et de nos modes de vie que ne l'ont fait les philosophes. L'invention de Graham Bell par exemple a infiniment plus affecté la vie des hommes que n'a pu le faire toute l'œuvre de Platon pourrait-on croire.

Mais la science moderne aurait-elle été possible sans le travail préparatoire des philosophes dont toute la démarche a été de faire prévaloir la raison sur l'obscurantisme et les superstitions de leurs temps? Les philosophes ont libéré l'esprit et ont permis à celui-ci d'envisager l'épanouissement sans entraves de ses infinis virtualités.

C'est Athènes contre Jérusalem dont il s'agit ici.

Cet énergumène de Socrate, en insistant pour que les hommes fassent appel à leur raison plutôt qu'à des croyances et préjugés, a commis un acte proprement révolutionnaire qui a permis l'émergence d'Aristote, le premier savant de l'histoire parce qu'il a pris le contre-pied de Platon justement.

Historiquement les philosophes ont mis en place les conditions intellectuelles qui devaient aboutir à la naissance de la science moderne. A cet égard on ne saurait sous-estimer le Discours de la méthode et le Novum organum de Bacon de Verulam.

C'est à l'intransigeance des philosophes à faire valoir la raison contre les dogmes religieux que les sciences doivent leur existence, c'est pourquoi il est sot d'opposer les uns aux autres en faisant valoir les succès scientifiques auprès desquels les discours des philosophes seraient de vains verbiages.

Les philosophes qui ont réellement influé sur le cours de l'histoire ont été des révolutionnaires tels Socrate donc, Descartes, Spinoza, Kant, Hegel dont en fait la pensée a connu son accomplissement par Marx qui était plus économiste que philosophe d'ailleurs.

La philosophie peut-elle encore connaître des développements ou son futur est-il derrière elle à présent que sa raison d'être première a triomphé, savoir permettre la libération de l'esprit au profit du mieux être de l'humanité?

Hormis Freud, un autre révolutionnaire mais qui se tenait à l'écart de la philosophie, je ne vois pas quel autre penseur a pu influé sur le cours des mentalités comme la psychanalyse l'a fait partout dans le monde depuis un siècle. Est-il même envisageable d'imaginer qu'une autre révolutionnaire de la pensée puisse encore apparaître?

Ayn Rand? No I don't think so....

4 commentaires:

Anijo a dit…

Science and philosophy seem to be intimately intertwined.

See here a list of philosphers of science.

Leibniz does not make the list and yet, Flocon, I recall you saying that he was perhaps the first philosopher to ask "why something rather than nothing?". And here we are in the 21st century still discussing this notion! Philosophy enhances science, and in turn science enhances philosophy.

Off topic, but in Candide, Voltaire had a lot of fun playing with some of Leibniz' ideas about cause and effect and the best of all worlds. I enjoy particularly his first chapter. Can you believe that I have actually memorized the entire first chapter verbatim. As I get older, though, I am no longer able to recite it. My memory is just not as good as it used to be.

Flocon a dit…

Ce billet s'est écrit un peu comme ça, sans savoir où j'allais avec une "conclusion" tirée par les cheveux, bref il n'est pas bon.

Je n'avais pas pensé aller lire ce qu'il y a sur Wiki in terms of philosophy of science.

Dans la liste tu remarqueras les noms de Karl Popper that was mentioned in the thead A quoi penserai-je etc. and also that of Henri Poincaré.

Mais c'est comme toutes les listes : Elles sont toujours plus ou moins criticables. Leibnitz's absence is a major mistake (he invented the binary number system among others).

Gaston Bachelard certainly contributed to the advancement of epistemology but he nonetheless ranks far behind Leibnitz.

Re Voltaire

"Can you believe that I have actually memorized the entire first chapter verbatim"

Yes I can! ☺

Il y a des gens qui sont capables de mémoriser des passages entiers de textes ou des tirades de théâtre, sans compter les poèmes, I've never been endowed with such abilities :-(

Pour ce qui est du meilleur des mondes possibles, la position de Leibnitz peut se comprendre hors toute considération morale car d'un point de vue physique, si ce monde existe tel qu'il est, c'est que nulle autre possibilité n'était viable.

Mais d'un point de vue moral Schopenhauer lui affirme que notre monde est le pire des mondes possibles.

Leibnitz est considéré comme étant optimiste (He was a Christian therefore it was impossible that God may have created a world that could be bad) whereas Schopenhauer, an atheist, was hopelessly pessimistic (and I share his view).

Ned Ludd a dit…

Christopher Hitchens(again)has addressed the issue of the Greek philosophers against the ignorance of religions, particularly judaism.

http://www.slate.com/id/2179045/fr/rss/

"Bah, Hanukkah
The holiday celebrates the triumph of tribal Jewish backwardness."

Flocon a dit…

I very much like Hitchens that you made me discover. He doesn't mince words and that's to my taste.

"Christopher Hitchens(again)has addressed the issue of the Greek philosophers against the ignorance of religions, particularly judaism".

C'est le thème du libre de Chestov, Athènes et Jérusalem


The topic was already exposed here.