jeudi 16 décembre 2010

Que d'occasions perdues!


Qui ne s'est interrogé au moins une fois sur ce qu'aurait été sa vie si les circonstances avaient été autres, si telle ou telle décision avait été prise plutôt que celle qui a effectivement été prise un jour donné etc. On peut alors se poser la question : Que ce serait-il passé l'heure ou le jour après qu'ait été prise telle ou telle décision dont on regrette de ne pas l'avoir prise? Et de poursuive l'exercice à l'infini.

Mais a-t-on jamais pris une décision, a-t-on jamais fait un choix qui soit vraiment nôtre, pleinement et entièrement en fonction de ce que nous savions et pouvions prévoir, en fonction de notre prétendu libre arbitre? 

Nous vivons donc nous agissons et toute notre vie se résume en un agir. En dernière instance tout se décide sur un mode binaire : Je fais ou je ne fais pas. Mais c'est une totale illusion de croire que chacun de nos choix est le fruit d'une décision réfléchie, de l'aboutissement d'une délibération mûrement pesée.

S'imaginer que nous sommes décisionnaires c'est croire en l'existence du libre arbitre. Spinoza (encore lui) puis Schopenhauer (toujours lui) 150 ans plus tard ont dénoncé cette illusion qui couvre l'ignorance dans laquelle nous sommes des véritables raisons qui nous font agir comme nous le faisons. 

Cette fiction du libre arbitre est aussi une façon de masquer la seule réalité qui soit à savoir le déterminisme le plus absolu de tout ce qui arrive dans notre vie individuelle comme dans l'histoire de l'humanité et du cours de l'univers. 

Tout ce que nous croyons décider se fait en fonction de notre intérêt à un moment quelconque de notre vie et de la coïncidence entre notre nature intime et ce que les circonstances nous proposent à chaque instant.

A chaque instant tout est en balance. Je traverse la rue, une voiture arrive and I'm done. I smile to that girl and who knows? L'histoire des hommes comme notre histoire à chacun se détermine à chaque moment. Mais il n'y a pas de moment (cf. les paradoxes de Zénon d'Elée) il n'y a qu'un flux continu de renouvellement des conditions de l'existence.

Que nous saisissions notre chance ou telle opportunité nous "appartient" croit-on mais cela dépend en fait de ce que nous sommes et de ce que sont réellement nos attentes pour que notre situation dans ce monde soit conforme à ce qu'est notre nature la plus intrinsèque.

Il est  irrationnel de regretter ce que sa vie a été, même si on peut s'en attrister! Ce qui a été devait être, ce qui est survenu devait survenir.

Il en va de même au niveau de l'Histoire.

"avec une histoire un peu différente, la Chine serait bien différente aujourd'hui."

Toute l'Histoire peut ainsi être repensée ! Si le Mayflower avait sombré, si les Ottomans avaient gagné la bataille de Lépante, s'il n'y avait pas eu cette tempête qui mit la Grande Armada en déroute, si le coup d'État du 18 Brumaire avait échoué etc. ad infinitum

Au fond, tout se résume à cela : Si madame Hitler avait eu la migraine 9 mois avant le 20 avril 1889... Si la vie n'était pas la vie.

On peut interpréter la fameuse phrase de Leibnitz Nous vivons dans le meilleur des mondes possibles de cette façon: Si notre monde est ce qu'il est c'est qu'il ne pouvait être autrement, les lois de la nature imposant qu'il soit ce qu'il est. 

Le conditionnel ne devrait pouvoir être utilisé qu'au présent ou au futur mais jamais au passé car on est là dans le domaine de l'imagination.

Pascal a illustré cette illusion du conditionnel avec sa célèbre formule : Le nez de Cléopâtre, s'il eut été plus court, toute la face de la terre aurait changé.

Ce que nous sommes nous impose de vivre ce que nous vivons.


(la mort de Cléopâtre par Jean André Rixenx)

28 commentaires:

Anijo a dit…

????

Ned Ludd a dit…

Flocon's most profound and thought provoking post so far. Flocon, in a previous subject, we spoke of use and misuse of language. "Ecoutez" and "quoi" are like using "like" and "you know" all the time in English.

Here is comic and poet Taylor Mali on it, "Like-you know".

http://www.youtube.com/watch?v=SCNIBV87wV4

We all make mistakes in our two languages and here is Taylor on the need for proofreading: "The Thee Impotence of Proofreading".

http://www.youtube.com/watch?v=OonDPGwAyfQ&feature=related

Anijo a dit…

Flocon,
You have mentioned before that Ned has complained that some of your posts are too long. It's like, you know, Ned, like Shakespeare, feels that brevity is the soul of wit.

Flocon a dit…

Une petite erreur de manipulation quand je suis parti et il y a déjà 3 commentaires! :D

Maintenant il faut que je remplisse cet espace...

Ned Ludd a dit…

Flocon, I thought like that you were trying to show us that "nothing" exists like, you know, "something".

Ned Ludd a dit…

Anticipating the text which I know nothing about, a better illustration would be of Hypatia, but apparently she was not a subject for painters.

http://en.wikipedia.org/wiki/Hypatia

Flocon a dit…

Ned,

Merci pour le rappel d'Hypathia, je vais lire l'article de Wiki, il y a longtemps que je l'ai perdue de vue.

Yet the choise of Cleopatra has a reason that will come to light with the text. It has nothing to do with death or religion, suicide or persecution. Hint: Think Pascal...


Yes about like... hmmm... I mean nothing, you know... void... like something or... err... I mean... the Buddhist nirvana thingie... you know...

Flocon a dit…

Ned, I don't know if you remember SF was on some radio interview so we could hear his voice and MS.Miami noticed how he hesitated before starting to speak and when he was actually speaking.

This is something I have long ago noticed too and thouht of a post I could propose to SF although I didn't.

Stuttering and hesitations aren't uncommon and have some meaning when I refer to my Freud pocket book.

My analysis would have been along the psycho-analitical line that I used to follow by then (and still do).

Manque de confiance en soi, recherche d'identité, culpabilité sous-jacente, refoulement etc. Il y a du matériel comme on dit en psychanalyse.

Anijo a dit…

Flocon,
I had lunch with SF when he passed through Mesilla one time. He didn't hesitate at all and came across as very self confident. He's a very muscular handsome man and speaks English with just a slight sexy French accent. But he may have felt uncomfortable on the radio.

Flocon a dit…

We remember you met SF in Mesilla (on his way to Mexico I guess).

Why didn't you take pictures?

Anijo a dit…

Je n'ai aucune idée pourquoi je n'avais pas pris des photos...

Anijo a dit…

He wasn't on his way to Mexico. He was returning from a bicycle trek in New Mexico and was driving back all the way to Maryland! He was hauling his bicycle in a rental SUV

Flocon a dit…

"Je n'ai aucune idée pourquoi je n'avais pas pris des photos..."

Speaking of occasions perdues... ;-)

I realize that I didn't think of SF when I wrote these lines:

Manque de confiance en soi, recherche d'identité, culpabilité sous-jacente, refoulement etc. Il y a du matériel comme on dit en psychanalyse."

but generally speaking (very generally) of the way I hear many Americans speak on radios or TVs.

Have to go now...

Flocon a dit…

Ce que l'on fait ou ne fait pas, ce que l'on regrette -vainement- d'avoir fait ou de ne pas avoir fait, tout cela est également lié aux flux de conscience qui nous amènent à faire ou ne pas faire.

Je crois bien me souvenir qu'une minute avant d'ouvrir le blog le 27 septembre 2007, l'idée ne m'avait jamais traversé l'esprit une seconde que je puisse le faire.

A présent la tenue de ce blog tient une place non négligeable dans mon quotidien et au-delà.

Par ailleurs, en explorant les possibilités de Blogger, je découvre qu'il est possible de soumettre aux lecteurs les billets afin que chacun les "juge" amusant, intéressant ou passionnant.

Cette option est désormais en place et valable pour tous les billets du blog depuis le premier. C'est évidemment anonyme et intéressant.
Si le cœur vous en dit...

(Pour info, ce billet doit être à peu près le 510è de Shall We Talk compte tenu de ceux qui ont disparu à jamais, des "rediffusions" et des suppressions que je pourrais réintégrer)

Anijo a dit…

tout cela est également lié aux flux de conscience

And to continue along this line of stream of consciousness, this song for your take on it.

Anijo a dit…

A présent la tenue de ce blog tient une place non négligeable dans mon quotidien et au-delà.

A présent, venir ici chez "Shall We Talk" tient une place non négligeable dans ma vie quotidien.

Anijo a dit…

ma vie quotidien

Ou peut-être dans ma vie 'quotidienne'...

Oof.. in my life on any given day...

Anijo a dit…

Ce que l'on fait ou ne fait pas, ce que l'on regrette -vainement- d'avoir fait ou de ne pas avoir fait, tout cela est également lié aux flux de conscience qui nous amènent à faire ou ne pas faire

I like the that you expressed your thoughts Flocon. I interpret what you said this way:

What one does or does not do, what one regrets in vain to have done or not to have done, is all tied to a flux of thought which leads us to do, or not to do, that which we have done.

Flocon a dit…

Anijo,

Unfortunately I can't access to your song, this is what is to be read on my screen :

Cette vidéo inclut du contenu de Vevo, qui l'a bloqué dans votre pays pour des raisons de droits d'auteur.

--------

"venir ici chez "Shall We Talk" tient une place non négligeable dans ma vie quotidien."

That's a nice one Anijo ☺ I wouldn't expect it from that Parisian Franco/American who can't stand inflated egos... ;-)

(And it's vie quotidienne since vie is feminine)

--------------

Your translation is nearly perfect Anijo save a little nuance.

"tout cela est également lié aux flux de conscience" would tranlaste as: "All this is also tied etc. and not is all, which -for what I understand- means that All this is entirely tied etc.

Now you make me wonder if it was all that clear after all...

Anijo a dit…

okay then:

What one does or does not do, what one regrets in vain to have done or not to have done, is all equally tied to a flux of thought which leads us to do, or not to do, that which we have done.

Anijo a dit…

Cette vidéo inclut du contenu de Vevo, qui l'a bloqué dans votre pays pour des raisons de droits d'auteur.

les mystères..

Try this

Well I was born an original sinner.
I was borne from original sin.
And if I had a dollar bill
For all the things I've done
There'd be a mountain of money
Piled up to my chin...

My mother told me good
My mother told me strong.
She said "be true to yourself
And you can't go wrong."
"But there's just one thing
That you must understand."
"You can fool with your brother -
But don't mess with a missionary
man."

Don't mess with a missionary man.
Don't mess with a missionary man.

Well the missionary man
He's got God on his side.
He's got the saints and apostles
Backin' up from behind.
Black eyed looks from those Bible
books.
He's a man with a mission
Got a serious mind.
There was a woman in the jungle
And a monkey on a tree.
The missionary man he was followin'
me.
He said "stop what you're doing."
"Get down upon your knees."
"I've got a message for you that you
better believe."

Anijo a dit…

Flocon,

What do this painting and this thread have in common with what will happen in about eleven hours?

Flocon a dit…

Dans une dizaine d'heure (au Nouveau Mexique) ce sera l'hiver.

Je connais le tableau bien sûr d'autant que je m'en suis servi pour un billet chez SF auquel tu as largement contribué.

J'en ai profité pour relire quelques commentaires et à l'époque j'utilisais bien "save" pour "except".

Now as to the relation between this painting and winter... A poem by Verlaine or Rimbaud maybe? (you quoted one among your comments)...


No, wait, you asked about the relation between the painting and this actual thread.

Hmmm... I read it again (mentally)... Que d'occasions perdues... err... I don't know Anijo...

Anijo a dit…

Rimbaud et Verlaine → un film intulé Eclipse Totale. Ce soir il y avait "a total lunar eclipse".

If we don't see it, it will be une occasion perdu.

Granted, the total lunar eclipse will only be visible from North America.

Anijo a dit…

Je connais le tableau bien sûr d'autant que je m'en suis servi pour un billet chez SF auquel tu as largement contribué.

Yes, Flocon, you do indeed have the memory of an elephant.

And yes... the winter solstice.. a time for pow-wows... stream of consciousness

Anijo a dit…

un film intulé

intitulé..

ooof... c'est l'heure où Anijo avais bu trop de bières..

Anijo a dit…

Flocon,

The painting that I provided a link to and your post on the "Sexuality of Lobsters" ...

Reading this post of yours on SF.com from 2006 reminds me of how far back we go..

Flocon a dit…

Had I known the existence of this 15 year old movie the answer then would have been obvious.

But I've never heard of this flick with Leonardo di Caprio himself! Two years before the Titanic.

I know two of the French actresses, Romane Borhinger and Dominique Blanc, not exactly superstars in France but well, assez connues, surtout Romane Bohringer.

J'ai pensé à l'éclipse de lune mais je croyais que c'était hier et de toute façon visible uniquement de l'Amérique du Nord.

But since I didn't know this film existed I would have been unable to see the connexion.

ON Wiki's article dedicated to Di Caprio it reads :
Afterwards DiCaprio starred in Total Eclipse, a fictionalized account of the homosexual relationship between Arthur Rimbaud and Paul Verlaine/.../ A minor arthouse success, the film grossed US$0.34 million throughout its domestic theatrical run

"Reading this post of yours on SF.com from 2006 reminds me of how far back we go..."

And to think it was only 4 years ago! Je crois que c'est parce qu'il y a un témoignage concret (l'écrit) que nous avons cette impression d'éloignement dans le temps. Sans relation avec des objets matériels, peut-être notre mémoire est-elle un peu éloignée du réel.

(That post definitely isn't my favorite among the 46 that I wrote for SF