jeudi 23 septembre 2010

Le Pen n'aime pas les Ch'tis













Dans un récent commentaire merbel rappelait comment Mitterrand avait instrumentalisé le groupuscule Front National de Le Pen pour les présidentielles  de 1981 avec le résultat que l'on connaît : l'extrême droite représente à présent de 15% à 18% de l'électorat français.

Que Mitterrand  ait ainsi usé d'une vielle ficelle politique ne me choque nullement, c'est de bonne guerre. La droite n'a eu de cesse de 1968 à 1988 de brandir l'épouvantail des socialo-marxistes pour maintenir sous sa bonne garde les électeurs des classes moyennes et populaires. 

J'ai commis il y a un an un billet sur la droite française et l'émergence du F.N qui émane bien à l'origine d'une scission d'avec la droite classique avec l'arrivée de Giscard; d'où la photo de Jacques Duclos qui avait -à juste titre- énoncé en 1969 que Pompidou et Poher c'était "bonnet blanc et blanc bonnet". Cette formule est de nouveau d'actualité : Sarkozy et Le Pen c'est bonnet blanc et blanc bonnet, c'est la droite traditionnelle et revancharde depuis 1871 et la Troisième République.

Pour ce que j'en sais, les électeurs ou partisans du FN sont des citoyens comme les autres qui ont le droit d'avoir des opinions et même de les exprimer. Par ailleurs le FN n'a jamais eu comme programme l'extermination d'une communauté quelconque ou le projet de déclencher une  guerre contre qui que ce soit.

Le programme F.N est constitué de quelques lignes de force telle que son opposition à l' U.E et à la mondialisation en général ce qui est également un des points de convergence avec l'extrême gauche. Ainsi, lors du référendum relatif au traité constitutionnel de l'Union européenne en 2005 Le Pen et Besancenot étaient côte à côte lors du débat télévisé qui avait été organisé 15 jours avant le vote.

Autre versant du programme F.N : une immigration contrôlée mais pas l'arrêt immédiat et définitif de toute immigration. Les ressortissants des pays européens ne sont d'ailleurs pas concernés. On se souvient que Fabius vers 1985 avait dit que Monsieur Le Pen posait les bonnes questions mais apportaient de mauvaises réponses. Il s'était fait remettre à l'ordre et la doxa socialiste a depuis maintenu une intransigeante position qui nous a mené à un déni de réalité pathologique.

Le F.N ne demande pas moins d'État et plus de dérégulation tout au contraire : il dénonce la main-mise des compagnies et groupes internationaux sur l'économie française. A croire que ce programme est inspiré du Manifeste du Parti Communiste de Marx (1848) dans lequel on peut lire une dénonciation de la circulation sans contrainte des marchandises et des capitaux de par le monde au détriment du prolétariat dont la bourgeoisie ne requiert que la force de travail la moins chère possible.

L'électorat du F.N est bien constitué essentiellement de membres de la classe ouvrière, ceux-là mêmes pour qui Marx a écrit son Manifeste. On aime, on n'aime pas, ces citoyens pensent peut-être à tort ce qu'ils pensent mais les ignorer ou les mépriser relève du terrorisme intellectuel.

La plus terrible conséquence de l'instrumentalisation du FN des années 80 c'est la mise en place dans les esprits que "l'extrême droite" des années 80 = l'extrême droite d'avant guerre = le nazisme = Auschwitz = le mal absolu.

Près de trente ans de culpabilisation massive ont abouti à ce résultat que la distorsion du réel est telle à présent que tout débat, tout échange, politique ou pas, sur quel que sujet que ce soit, aboutit i-né-vi-ta-ble-ment à un échange d'accusations de fascistes, nazis et racistes de la part de la gauche.

On peut en voir une démonstration tous les jours en ce mois de septembre à propos de l'expulsion des Roumains et Bulgares en situation irrégulière sur le territoire français. On peut lire ici et là les plus absurdes, les plus insanes comparaisons avec Vichy, les rafles, les camps etc. Une véritable hystérie collective dont l'origine n'est autre que l'identification qui a été mise en place il y a une trentaine d'années entre les nazis et le F.N.

Nous avons été à ce point mentalement conditionnés depuis 30 ans que le nom de Le Pen est devenu l'irréfragable Schibboleth de la moralité à tous les niveaux, politique, culturel, social etc. Tu penses comme Le Pen est l'accusation la plus sinistre qui soit et de laquelle il faut se disculper le plus vite possible si cela est même encore possible. L'association avec Le Pen est la pire marque d'infamie qui puisse être prononcée.

Rappelons tout de même que par rapport aux Républicains (américains évidemment) voire avec certaines composantes des Démocrates, le F.N est véritablement un mouvement de Bisounours.

La culpabilité d'envergure européenne post coloniale et post seconde guerre mondiale associée à la diabolisation du F.N en France et tout ce qui touche à la droite a amené à un véritable désastre intellectuel au niveau européen. Cette pandémie mentale à l'échelle du continent ne manquera pas, c'est inévitable, de susciter une réaction qui n'aura d'autre origine que cette pathologie elle-même; les anticorps joueront leur rôle naturel le moment venu.

Tout refoulement appelle nécessairement sa libération, par la parole ou l'agir, la dynamique tant des corps que de la pensée étant ainsi faite. Et plus forte est la répression, plus violente sera la réaction comme l'ont montré les guerres de décolonisation par exemple. C'est organique.

Un dernier mot sur le titre qui se veut un exemple de tétanisation des esprits : Il y a deux ans Le Pen avait dit à je ne sais qui, un voisin de table peut-être, qu'il n'aimait pas les Ch'tis et qu'il n'irait pas les voir. Breaking news! Ni une ni deux, l'info était reprise dans Le Monde, Libé et consorts. Le Pen n'aime pas les Ch'tis! Quel salaud ce type, c'est vraiment une preuve de plus que c'est une ordure : il n'aime pas le film qu'ont vu  15 millions de français.


Ben moi non plus je n'ai pas vu les Ch'tis et je n'ai pas envie de les voir. Quel salaud ce Flocon!


37 commentaires:

Flocon a dit…

Ned,

If you don't mind, I'll post again your comment re. Spinoza on the thread I now have to write since you commented on a fleating idea I have mentioned... (Why didn't I keep my big mouth shut?)

Now, you've broken all records of reactivity, commenting a thread several days before it is actually on line! :P

Ned Ludd a dit…

D'apès mon vieil Robert, "refoulement" en psychiatrie est le "processus du Moi par lequel le sujet cherche a maintenir, dans l'inconscient, un désir inconciliable avec ses autres désirs ou la morale."

Je ne suis pas sur que cela s'applique ici. C'est plutôt que les gens votent and agissent contre leur propre interêt.

Quant aux américains, dans le cas de "refoulement", cela exist dépuis deux siècles.

Je sais que je m'eprime mal à ce sujet, mais j'éspère que tu peux comprende ce que j'essaie dire.

Flocon a dit…

Merci pour la remarque. L'emploi de refoulement ici n'était pas des plus approprié en effet.

j'ai remplacé par distorsion du réel.



"les gens votent and agissent contre leur propre interêt."

Oui bien sûr, et c'est là une des faiblesses de la démocratie représentative. Autant que je m'en souvienne c'est bien pourquoi Lénine en appelait à l'avant-garde ouvrière.

Cela appelle 2 développements but you'll be spared the exercise...

Anijo a dit…

tout débat, tout échange, politique ou pas, sur quel que sujet que ce soit, aboutit i-né-vi-ta-ble-ment à un échange d'accusations de fascistes, nazis et racistes de la part de la gauche.

Flocon, à propos de ce que tu parles ici, ya Jon Stewart et Stephen Colbert qui ont organisé the Million Moderate March

Ici, c'est à la fois la gauche et la droite qui se comportent à la façon dont tu parles.

Le "Million Moderate March" fait réference au Million Man March et Million Family March et Million Mom March, etc etc...

Anijo a dit…

Stephen Colbert, qui aime imiter Bill O'Reilly, organisera la même jour le "March to keep fear alive". :-D

Anijo a dit…

Oops...ce que je voulais dire est que c'est Stewart qui a le "million moderate march" contre Colbert avec son "march to keep fear alive".

Flocon a dit…

Anijo,

Another brain-taxing-way-too-long-post about French politics...

In a nutshell I think there's nothing close to real "extrême droite" in France or in Europe for that matter.

Reps would consider the French Front National as Yurpin pinkos methinks.

Merci pour les liens vers les million marches; I had no idea there were such things at the moment

I particularly enjoyed the "March to keep fear alive" title.

Here in France we have exactly the same politics of fear mongering by Sarko and his pals.

Flocon a dit…

Speaking of million, today the French Wiki has reached 1 million articles making it the third language after English (3,420,000) and German (1,125,300) to attain that number.

From the German entry page :

"Wir gratulieren der französischsprachigen Wikipedia zum 1 Millionsten Artikel".

Anijo a dit…

In a nutshell I think there's nothing close to real "extrême droite" in France or in Europe for that matter.

Ouai, cela va de soi. Tu le sais, et moi, je le sais. And there is nothing close to "extrême gauche" in the U.S. as there is in France or Europe for that matter. ;)

Mais dans les e-u et Europe ya des "moderates", non?

Anijo a dit…

I recall many times discussing with Denis (SF) how Le Pen would not be considered so extreme in the U.S. Le Pen is pretty much a "tea party" kinda guy. I had assumed that you knew about my familiarity with this concept considering how much we had discussed this in the days..

Ned Ludd a dit…

Some in the U.S. have argued that the rightwing's historical hero, Ronald Reagan, would not be welcome in the party today because he would be considered too left.

The American media has long been soft on the right and Republicans, but Fox News didn't exist at the time of Reagan. I think we have a lot to thank Rupert Murdoch for moving the discussion to the far right.

Murdoch probably illegally acquired Fox because American law at the time prohibited a foreigner from owning more than 25% of a broadcasting company, and both Murdoch and his company News Corp. were Australian-News Corp still is and is the real owner.

So, unless the law has changed, they are likely still in illegality.

Flocon a dit…

Anijo,

I've shortened the post by one paragraph and it's still too long.

Maybe should I have tried to define what is considered "extrême droite" but it would have taken another post :-(

The so-called French extrême droite hasn't much to do with far rightist European parties of the 30s.

The F.N calls for death penalty and was against abortion 20 years ago but it seems they've discarded this issue now.

Le Pen is a big mouth provocator but never called for storming the Elysée palace or the National Assembly like was the case in 1934.

About all European so-called far rightist parties were born out of despair regarding the national identity of Netherland, Austria, Italy etc.

Immigration is the key factor which explains most of these rightist trends. All parties of about all European countries assert there are no problems regarding immigration whereas any European citizen sees that there are problems indeed.

The French Socialist Party in particular seems to be totally blind to reality, stuck as it is to its "we're all brothers" mantra.


That's the idea I wanted to carry through this too long post : For 30 years Le Pen has been identified with the devil himself which was very much to his liking since his followers have been mulplied ten fold (times?) (I know there's a huge mistake here syntaxely speaking).


At the end of the day Sarkozy is a clone of le Pen or rather his daughter who now runs the F.N

Flocon a dit…

Regarding the discussions you had at SF's, I know how Denis would call Le Pen a racist pig more than once (lol) but AFAIK I don't remember taking part to these specific exchanges.

What I remember is that I regularly opposed the idea of Sarkozy being elected and that Denis voted for him in the second round. One year later he wrote a post with the title "A buyer's remorse".

I dare not imagine what he thinks by now...

If you read it you'll find comments by Bernarda and ZapPow as well.

[And to think it was not even 2 and a half years ago... (sigh)]

Flocon a dit…

Ned,

"Some in the U.S. have argued that the rightwing's historical hero, Ronald Reagan, would not be welcome in the party today because he would be considered too left."

Would John Wayne stand a chance then?

Ned, I'm surprised you don't react with more acerbity on this post which tends to dispel the myth of the F.N as the ultimate avant-garde of the Armageddon.

. Is it because you think it isn't worth the pain to debunk my exposé or

. You eventually find that there's some truth in it?

Just wondering...


I was also thinking of a parallel between the way Zionists use the "accusation" of anti-Semitism when Israel is under critic and how the P.C (novlangue) uses the name Le Pen in order to have their opponents shut up.

Ned Ludd a dit…

Flocon, maybe it is just that I don't think the FN is worth thinking about.

One thing you can say about the right and Sarkozy is that they push their agenda. The left and particularly the PS are like the democrats; they are wimps.

Maybe you remember during the Mitterand years when the right led by Chirac mounted a big demonstration against socialist plans to end favoritism for "l'école libre", i.e. Catholic schools. The government backed down for no good reason. A Sarkozy would have just pushed ahead. But the left hardly ever does. Only the end of the death penalty can be to their credit.

So, in a sense, I am angrier at the PS than the FN.

Flocon a dit…

Ned,

"I don't think the FN is worth thinking about."

This is an option worth in its own right [although it also sort of skips the issue -;) ] but the F.N is yet quite likely to be present on the secound round in 2012 as it did in 2002. So it's not that insignificant methinks.

I confess the post was badly constructed since it delved with several issues such as purported "extrême droite" in Europe which reflects a malaise among several dozen million of Europeans regarding their sense of identity.

Now, imagine the length of the post with me at the helm had I addressed the topic...


Now I agree with you that on the other end of the political spectrum the L.C.R certainly isn't worth thinking of. Like are those of Bayrou, De Villepin et al.


- Totally agree with your second paragraph. See the post I wrote last week: Entrisme et veulerie.

And precisely, isn't it because the P.S is made of such wimps that we may well see the F.N on the second round less than 2 years from now?

Re. the demo of 1984 you remind me of a personal souvenir.

For at least 15 years after this demo took place one could see a slate engraved in the parvis de la gare Montparnasse where the words En souvenir de la manifestation du 24 juin 1984 En faveur de l'école libre or something to that effect could be read.

Qui avait posé cette dalle à la place d'une des dalles originelles si ce n'est quelques militants de droite genre De Villiers?

Chaque fois que je la voyais it irked me so much that je me promettais de revenir avec un burin et un marteau pour la desceller. Et puis j'habite de l'autre côté de Paris et chaque fois j'oubliais. Si ça se trouve cette f. slate is still in place grrrr.

De Villepin and Chirac eventually gave up after several marches against the C.P.E. So it's not only the left.

"Only the end of the death penalty can be to their credit"

Aren't you a bit too stern here?

La retraite à 60 ans, les 35h par semaine, la dépénalisation de l'homosexualité avant 18 ans, la disparition des tribunaux militaires spéciaux, les emplois-jeunes de Jospin, and many others that I can't remember at this very moment...

"So, in a sense, I am angrier at the PS than the FN"

Isn't that one of the reasons why the F.N is gaining weigh?

La boucle est bouclée then.

It's a long comment Ned but you were looking for troubles then... (wink)

ZapPow a dit…

" One thing you can say about the right and Sarkozy is that they push their agenda. The left and particularly the PS are like the democrats; they are wimps." — Ned Ludd

Exactly. Though I don't consider the PS as a leftist party anymore.

ZapPow a dit…

@ Flocon

I went to "A buyer's remorse". I had forgotten that comment (as Zombie12toes), my first one in the thread. Thanks for reminding me.

xtine a dit…

Flocon,
Qu'il faille reconnaître que l'électorat du FN existe et que l'ignorer relève du terrorisme intellectuel, soit. Que certaines des idées de Le Pen (et de ses apparatchiks) puissent être partagées par un parti du bord "extrêmement" opposé, soit, encore! Que l'instrumentalisation de l'extrême-droite soit un procédé vieux comme mes robes, re-soit! Que le terme extrême- droite trouve des synonymes tels que "fascisme", nazisme" et permette ainsi de régler à bon compte le problème en trois coups de cuiller à pot avec le risque de l'effet boomerang, je suis bien d'accord.

Oui, tout cela me semble juste, même si "ça me fait mal au tété gauche" (expression familiale, désolée) de voir associé à certaines idées de Le Pen le Manifeste... Toutefois, Flocon, les idées d'extrême-droite sont incarnées par un homme , un "guide" qui finance des éditeurs de livres néo-nazis, qui déclare par exemple "J'ai acheté une maison à la campagne pour permettre à mes enfants qui habitaient le 15ème de voir des vaches...plutôt que des Arabes" et qui rétorque à la journaliste , un rien ébranlée: "Moi, vous savez ça me gêne pas... Moi j'ai pas peur de la poursuite..."
http://www.youtube.com/watch?v=q3pApd53-hk

Là où Le Pen est très fort c'est précisément dans sa capacité à déculpabiliser les citoyens et ses électeurs: c'est le fameux "Lui, il dit tout haut ce que les gens pensent tout bas". C'est un vieux briscard de la politique, il est un des derniers hommes politiques à parler un français absolument impeccable, c'est aussi un intuitif redoutable (il avait prononcé le nom de Ségolène Royal comme candidate à la présidence avant même qu'elle ne fût désignée par son parti). Cependant, personne ne peut nier son racisme et sa stratégie qui pousse ses congénères à penser le pire, à l'imaginer en toute quiétude, en toute impunité.
Qu'il y ait des journalistes assez vicieux et cons (excusez-moi) pour faire de sa déclaration sur le film un gros titre "Le Pen n'aime pas les Cht'is", ça me navre, bien sûr, d'autant que cela participe à glorifier les attitudes racistes et ségrégationnistes, en usant des mêmes raccourcis idéologiques.

Enfin, Flocon, si la classe ouvrière existe encore (?), force est de constater que dans ma petite ville de province, les meilleurs scores atteints par Le Pen, sont obtenus dans le centre ville qui est peuplé comme chacune le sait de citoyens beurs, noirs, jeunes et ouvriers... Les quartiers déshérités ne sont plus dans la course: ils sont "hors jeu" comme le dit de lui, le comique Jean-Marie, dans la vidéo dont je vous ai fait parvenir le lien.
Je suis pressé... commentaire un peu désordonné. J'ai une perle et une anecdote à vous poster.
* TorT
* Et plus forte EST la répression, plus violente EST la réaction comme l'ont montré les guerres de décolonisation par exemple. C'est organique.
Excusez- moi, je suis une sale prof!

merbel a dit…

Xtine et merbel, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Rires!

Flocon a dit…

ZapPow,

Curieusement ton commentaire sur buyer's remorse est arrivé direct dans mes spams!? C'était arrivé à Ned aussi il y a quelques semaines et je n'ai lu vos participations qu'en arrivant sur la page des commentaires.

Pour qui? pourquoi? go figure...

Tu n'as pas besoin de moi pour retrouver tes commentaires d'alors mais c'était les n° 53, 57, 63 et 65. Tu étais en veine d'humour noir ce jour-là...

Flocon a dit…

L'automne est arrivé, les arbres commencent à perdre leurs feuilles et merbel s'est muée en Xtine...


Le titre du billet est un peu (comment éviter d'écrire misleading?) déroutant car le sujet n'en n'est nullement la personne de Le Pen qui a d'ailleurs fait son temps.

Si vous avez lu les réponses faites à Anijo ou Ned en anglais j'ai voulu exposer qu'au fond le F.N n'est qu'une rémanence de la droite française la plus traditionnelle, celle qu'on a dû subir durant les années pompidolienne comme je l'écrivais dans le billet du 27 novembre.

Mêmes idées (moi je ne vois pas de différences) mais c'était plus policé. On était entre gens de bonne famille, la bourgeoisie œuvrait pour "le bien du pays". Le F.N c'est plus "proche du terrain" on va dire, ça fait pas très bien élevé c'est sûr.

La personne de Le Pen peut être détestable, à la limite sur un point elle l'est moins que celle de Sarko car Le Pen joue cartes sur table.

Comme vous l'écrivez il s'exprime impeccablement et il est cultivé. Quant à Sarko...

"Là où Le Pen est très fort c'est précisément dans sa capacité à déculpabiliser les citoyens et ses électeurs: c'est le fameux "Lui, il dit tout haut ce que les gens pensent tout bas"

Je vais vous faire bondir mais ne peut-on admettre qu'une entreprise de déculpabilisation est une démarche saine et salvatrice?

C'est déjà reconnaître qu'il y a culpabilisation, énorme aveu que depuis 30 ans les Français sont soumis à une politique de décérébration sur ce point tout spécifique de ce qu'ils considèrent et vivent comme leur identité.

Peu importe une fois encore la personne de Le Pen, c'est ce que l'on est accoutumé d'appeler extrême droite que je questionne.

On se sert d'un amalgame extrême droite = ligues fascistes des années 30 = la suite que l'on connaît pour discréditer par avance tout discours qui s'essaye à la différence.

Nous sommes devenus pavloviens dès que le terme "extrême droite" nous est opposé comme le chiffon rouge devant le taureau. Nous sommes des millions à être tombés dans ce panneau et à avoir été manipulés pour ne plus avoir de conscience critique de ce que sont les véritables forces en jeu.

Je n'avais pas voté eu second tour de 2002 sachant que Chirac allait être élu d'office. Mais je me souviens des manifs dans toute la France, à Nation notamment où je me trouvais (hors manif qui me faisait bien marrer) avec le sentiment général que les loups noirs étaient aux portes de la ville.

On se calme... Sauf peut-être en Pologne, Russie et autres pays de l'est, ce qui est appelé Extrême droite c'est le verso de l'étiquette droite. Point barre.

la Suède vient d'envoyer une vingtaine de députés pseudo extrême droite. A lire certains commentaire de presse "Un spectre hante l'Europe, c'est celui du terrorisme brun"...

Et si on reprenait raison?

(Je laisse de côté la question "raciste" cela nécessiterait de trop longs développements.)

Flocon a dit…

Il m'apparaît de plus en plus clair que c'est le même mécanisme de culpabilisation qui est actionné tant par les sionistes d'un côté que par la gauche de l'autre.

Curieusement il y a beaucoup de passerelles entre ces deux entités. Je dis ça je dis rien...

Les sionistes accusent d'antisémitisme toute velléité de critique d'Israël comme la gauche se sert du "concept" d'extrême droite (salauds de pauvres, vous êtres pour les nazis alors?) afin de faire taire les petites gens, qui sont ou devraient être leurs électeurs "naturels", ceux qui expriment ou voudraient se faire entendre car ils se sentent dépossédés d'une part de leur identité et de leur histoire commune de républicains.

Le PS est en pleine crise de déni de réalité face aux problèmes d'immigration et de délinquance.

2 anecdotes:

1°) Aubry et Guigou avaient refusé, lors d'une réunion à Bruxelles, de serrer la main de leurs collègues autrichiennes au prétexte qu'elles étaient membres d'un gouvernement qui avait fait alliance avec le parti de Haïder je crois.

Comme c'était intelligent, courtois, courageux, tolérant, ouvert et constructif ce geste de mépris public (ou privé d'ailleurs) vis à vis de ministres d'un pays ami.

je ne sais pas si c'est ce jour-là que j'ai commencé à considérer d'un autre œil la gauche en général et le P.S en particulier mais ça m'a mis la puce à l'oreille cependant.

2°) Il y a une dizaine d'années j'écoutais le JT belge où une présentatrice commentait les résultats de je ne sais plus quelles élections et se laissait à dire que la montée de l'extrême droite était inquiétante.

L'aurait-elle dit s'il s'était agi du Parti Communiste? Avait-elle à faire part de ses sentiments?

je ne supporte plus les manipulations dont j'ai été l'objet des politiques depuis... toujours même si c'est encore le cas et que je ne m'en aperçois pas.

Mais pour le coup de l'extrême droite, c'est comme les communistes au couteau entre les dents qui allaient venir dévorer vos enfants. Ça va, c'est bon, j'ai suffisamment donné.

Je l'ai écrit dans le corps du billet, droite et extrême droite, Sarko et Marine Le Pen c'est bonnet blanc et blanc bonnet.

Cela fait 30 ans que l'on se fait balader entre gauchos d'un côté et fachos de l'autre.


"la vidéo dont je vous ai fait parvenir le lien." j'ai dû manquer un épisode, je ne me souviens pas avoir reçu de lien. Dans un commentaire alors? des fois j'ai la mémoire défaillante aussi.

"Je suis pressé..."

C'est vous Xtine qui écrivez je suis pressé? D'oh! j'aurais pas cru!

Bon ben j'attends la perle et l'anecdote alors...

Merci pour les corrections

merbel a dit…

La perle de la semaine:

Une de mes élèves de 4ème vérifiait avec son professeur de maths les renseignements qui figuraient sur sa fiche individuelle de renseignements, comme tous ses camarades. Elle lève la main et dit à mon collègue:
"J'comprends pas, M'sieur. A "Pupille de la nation", c'est marqué "non". Mais pourtant j'ai des pupilles! Faut que je rectifie? En plus, i' manquerait pas un "S" parce qu'on en a deux."

L'anecdote maintenant:

Une collègue d'EPS m'appelle un lundi, il y a quinze jours maintenant, sur mon portable et me raconte, assez chamboulée, que le vendredi précédent, en dernière heure de la journée, elle a retrouvé une élève de la 6ème dont je suis professeur principal, en pleurs. La petite a fini par lui confier qu'un garçon de la classe l'avait traitée de "sale juive". Cette collègue me dit son désarroi et nous tombons d'accord pour de ne pas laisser traîner le problème avant notre départ en séjour d'intégration prévu en Touraine. J'ai donc les loupiots l'après-midi, j'informe la classe de l'épisode: le coupable se désigne immédiatement et me dit qu'il n'a fait que riposter à l'injure de sa camarade. "Quelle injure?" Réponse: "Elle m'a dit un mot étranger, un truc comme "grosse". La petite s'explique: elle lui a effectivement parlé en allemand (révision de la leçon) et le gamin est parti au quart de tour.... Le garçon est un Français avec des origines bretonnes ou normandes ou auvergnates , bref des origines qu'on ne demande jamais à personne sauf à celles et ceux qui ont le teint mat... Bref, je rue dans les brancards, me doutant que l'injure, il ne l'a pas inventée, le petit. Alors, je ne vais pas le secouer. Je préfèrerais avoir les parents en face. Je les ai appelés.

Le lendemain, cours de français dans la 4ème "pupille de la nation". A propos d'une séquence sur la lettre, je propose aux élèves une courte lettre d'Emile Zola à Jeanne Rozerot; j'explique la double vie de Zola (ça les fait marrer!) puis je parle de Zozo, J'accuse, l'affaire Dreyfus. Je les vois bailler: Dreyfus, c'est la Préhistoire! Je leur montre que cet affaire n'est pas si "vieille que ça" , leur expliquant ce qui s'était passé la veille dans une des sixièmes sans nommer laquelle ni qui, évidemment. Mohamed, un gosse d'une fondation- foyer, prend la parole et me dit "Ben, ils nous traitent bien de sales Arabes, alors j'vois pas pourquoi on ne les traiterait pas de sales Juifs".

Je me devais de réagir non seulement parce que je jouais ma "place" dans la classe, mais aussi parce que j'aime bien quand ce genre d'épisodes s'invite dans mes cours. J'ai fait une croix sur ma séance, et j'ai commencé à remettre les choses en place, d'un simple point de vue linguistique; je ne m'en suis tenue qu'à cela:le distinguo entre Juifs, Israéliens, sionistes, musulmans, Arabes, islamistes. J'ai bien compris que pour Mohamed, l'esprit était tellement fermé que toutes mes explications ne lui permettraient pas d'imaginer- imaginer seulement- une autre attitude. Il y a malheureusement des limites intellectuelles chez certains enfants à qui on n'a pas donné les outils pour penser et plus que jamais je me dis que j'ai effectivement comme le dit Platon,le devoir de faire l'éducation des enfants dont les parents sont absents ou n'assument pas leur rôle.

La suite dans le commentaire suivant (trop de caractères)

merbel a dit…

Ce qui me fait dire Flocon, au sujet du FN, que c'est précisément la façon dont sont appréhendées les idées de Le Pen (et qui n'ont pas forcément à voir avec le "projet idéologique" somme toute celui d'une droite historiquement traditionnelle) qui est dangereuse: ceux qui souffrent font feu de tout bois pour cracher leur colère, panser leurs souffrances en interprétant dans l'exagération tandis que ceux qui visent le pouvoir, le diabolisent pour mieux se présenter à nous comme les représentants de l'intégrité, de LA morale, de la conscience. Oui, nous sommes effectivement manipulés. Et je le sens tellement, Flocon, que depuis l'histoire Chirac/Le Pen (j'avais même pensé un moment que le succès Le Pen nous ferait enfin tous réagir et clarifierait la situation politique tiédasse de notre pays!) je mets systématiquement un bulletin blanc dans l'urne de chaque élection, rageant qu'il soit pris comme un bulletin d'abstention, mais je ne suis plus à une déception près. Nous sommes floué(e)s...

Flocon, je ne suis qu'humaine vous savez. N'aurais-je pas le droit moi aussi à l'erreur orthographique?

Flocon a dit…

merbel,

Mignonne l'histoire des pupilles...

"Flocon, je ne suis qu'humaine vous savez."

Le CHOC! Et moi qui me représentais une quasi déesse, une inaccessible idole...

A la Souchon : Consternation, dévastation...

"ceux qui souffrent font feu de tout bois pour cracher leur colère, panser leurs souffrances en interprétant dans l'exagération".

Là réside sans doute le pourquoi de la progression du F.N en France et des autres partis similaires en Europe : Cette colère et cette souffrance ne sont pas entendues, pire, elles sont niées par les partis de droite comme de gauche qui depuis des années refoulent à l'arme lourde ce non dit qui ne peut s'exprimer: la culpabilisation.

Il y a toujours un retour du refoulé, toujours.

Vous n'aurez sans doute pas le temps de lire cet article tiré de Newsweek mais il s'y trouve ce que je veux exposer : Le recours à une rhétorique que les masses en ont marre de se voir opposer.

"an ugly nationalist identity party".

"rounding up an ethnic minority for deportation" Déportation, rien que ça et sans connotation aucune bien sûr.

L'auteur, Denis MacShane, n'est pas un quelconque journaliste mais un politique britannique d'origine juive. On peut penser que le terme extrême droite peut avoir une certaine résonance chez lui.

Pour commencer (et finir d'ailleurs) on ne sait pas ce qu'est l'extrême droite si ce n'est un mouvement qui veut essentiellement contrôler les flux migratoires.

Comme aux US ou au Japon alors?

Un autre article sur Marine le Pen où on lit :

"she’s more effective—and thus more dangerous—than her father."

C'est quoi dangereuse? Ahmadinejad? Elle veut dézinguer la République? Elle projette de rouvrir les camps de la mort?

Comme l'écrivait Anijo, aux yeux des Américains elle passerait pour une dangereuse, oui, socialiste à l'européenne.

Comme vous dites "Oui, nous sommes effectivement manipulés"

Et comment!

Le F.N n'est pas plus extrême droite que n'est la majorité des membres de l'U.M.P.

Un Lefevre ou un Hortefeux me débectent autrement que la fille de Le Pen qui, il faut l'écouter, ne dit rien que ne dirait un quelconque député de droite (voire de gauche même à l'occasion).

Ned Ludd a dit…

Pour voir une vraie extreme droite, il faut aller aux Etats-Unis. Les racistes y compris des neo-nazis ne parlent pas de déportation, mais de meutre des illégaux, et le même pour leurs opposants.

http://crooksandliars.com/david-neiwert/bill-oreilly-keeps-race-baiting-new-

C'est le deuxième vidéo.

Flocon a dit…

Merbel,

Des gars comme Longuet, Devedjian, Madelin, Goasguen ou Novelli viennent tous les 4 d'Occident, je ne vous apprends rien, et ont trouvé plus assuré de faire carrière sous couvert d'un parti de droite traditionnel que de continuer leur trajectoire initiale.

Et certainement y en-a-t-il d'autres aux échelons locaux.

F.N et UMP c'est du pareil au même. L'épouvantail extrême droite est un leurre pour canaliser le vote de certains électeurs

Quand Marine Le Pen se prononce contre les mutilations sexuelles imposées par les immigrantes d'Afrique à leurs gamines doit-on se récrier d'horreur?

Excusez-moi d'avoir mal compris la fin du paragraphe concernant l'anecdote, je croyais que celle-ci se poursuivrait dans le commentaire suivant... Alors j'attendais la deuxième partie de l'anecdote qui était donc terminée.

C'est comme ça au cinéma, il y en a qui ne comprennent la chute d'un film qu'1/4 d'heure après être rentrés chez eux...

Flocon a dit…

Ned,

Question extrême droite il y a aussi de sacrés tendances en Israël, limite appels aux meurtres des Palestiniens...

Le "racisme" (un jour je ferai un billet sur ce thème un peu fourre-tout) de certains Juifs (Israéliens ou pas) n'est pas voilé ou subliminal non plus.

En Russie, il y a aussi des partis néo-nazis as you know.

Le F.N is a very tepid far right party indeed.

Anijo a dit…

Flocon,
this little exchange on SF's forum re Le Pen might interest you.

Flocon a dit…

Ah merci pour le lien Anijo!

As you might guess, I read the same book as Florida Frenchie on this one, there isn't much of a difference between Marine Le Pen and Sarko and as F.F writes:

"Marine Le Pen has never done anything or said anything wrong"

Now what is wrong from right is an open question of course.

"you have made up your mind."

My point exactly: depuis 30 ans on nous répète que le Front national est l'équivalent français contemporain du Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, which is a fraud.

As you wrote several times le Front National would be labeled yurpin pinko by the GOP and even many Democrats.

It's very difficult to get rid of ideas you're wont to believe in. First step is to realize you're uninformed or misinformed and you've been wrong all these years.

merbel a dit…

Merci Anijo, je découvre donc SF!
Je comprends qu'on puisse détester le personnage Le Pen, mais nier son électorat, c'est faire preuve d'un manque d'ouverture d'esprit, me semble-t-il; C'est nier aussi l'évolution d'une société et se retrancher derrière un manichéisme si confortable!

Et puis, quelque part (comme dirait l'autre!), ne se pare-t-on pas à bon compte pas d'une bonne conscience ou de bons sentiments quand on dit de l'extrême-droite=nazis? Ca te donne un aura pas possible cette petite réflexion (sous-entendu, "moi, tu comprends, je ne mange pas de ce pain-là! Je fais partie des "résistants"...) Un léger mépris, non?

Flocon a dit…

"Et puis//...// ne se pare-t-on pas à bon compte pas d'une bonne conscience ou de bons sentiments"

Anijo, merbel a écrit ce commentaire entre deux corrections de copies ou un inter classes. Donc elle était pressée et n'a pas eu le temps de se relire.

Alors une petite erreur de construction en a profité pour se glisser dans ce paragraphe.

Sauras-tu la repérer? :D

Anijo a dit…

Ouf! A pop quiz!

Je crois...

Et puis, quelque part (comme dirait l'autre!), ne se pare-t-on pas à bon compte d'une bonne conscience ou de bons sentiments

Flocon a dit…

Very well done Anijo!

2 "pas" (un de trop) car merbel avait 2 constructions de phrase en tête et à la fin une construction a été retenue mais la structure de la deuxième était encore dans la mémoire flottante.

Anijo a dit…

:)

Merci pour le 'ti examen!

merbel a dit…

Oui Anijo! J'ai déplacé le "à bon compte" et oublié d'effacer le mot en trop!
J'ai un correcteur impitoyable! Youpi!