samedi 9 avril 2011

L'eau et le regard



En 1957 Italo Calvino publiait un merveilleux roman, le Baron perché, dont j'ai gardé un souvenir enchanté. 

Tout de poésie, de fantaisie, de charme et de légèreté, c'est un livre qui m'a procuré un plaisir exquis et dont le souvenir m'est si précieux que je me garde bien de vouloir le relire.

Magie de la lecture, les quelques heures passées à lire ce roman sont des moments où nous avons quitté notre quotidien pour nous retrouver dans un paysage imaginaire semblable à celui des montagnes Organ où file ce petit ruisseau.

Ainsi le regard du lecteur court le long des lignes du roman comme l'eau  ruisselle entre les rochers arrondis de la montagne.

On retrouve d'ailleurs cette métaphore dans les dernières lignes du Baron perché :
C'était une broderie faire sur du néant, comme ce filet d'encre que je viens de laisser couler, page après page... qui achoppe, qui recommence aussitôt à s'entortiller et court, court, se déroule, pour envelopper une dernière grappe insensée de mots, d'idées, de rêves - et  c'est fini.
Mais vient le moment où se dissipe le rêve quand s'achève l'histoire. Le rêve est fini mais le ruisseau coule encore en nous et toute notre vie nous accompagnera. 

Que soient donc remerciés les écrivains et les artistes qui font vivre dans notre imagination le petit ruisseau des montagnes Organ.     


(Video courtesy Anijo)

18 commentaires:

Flocon a dit…

Anijo,

J'ai souvent une idée de billet et comme je suis impatient je brûle les étapes et je reviens sur mes pas pour réfléchir un peu.

Un peu comme Sarko : Il brûle les étapes mais lui ne revient jamais en arrière. De toute façon il ne sait pas réfléchir.

J'ai bien l'idée mais je ne sais pas encore comment l'exprimer correctement. Hint : c'est une petite métaphore mais il faudrait être plus poète que je ne suis pour la dire.

Allez, j'essaye ce soir...

(Brûler les étapes : to get ahead of schedule)

[Je ne savais pas que tu avais déjà vu la bande annonce ;-)]

Christine a dit…

Je connais cette petite vidéo, Flocon! Je l'aime beaucoup: elle est d'une simplicité luxuriante (que voilà un bel oxymoron!). Simple, parce que ce filet d'eau court entre les roches sans se soucier de la démesure des montagnes dans lequel il est niché. Luxuriant, car ce bruit de l'eau a les accents vigoureux d'un torrent qui emplit l'espace et se faufile au milieu de pierres colossales qu'il prend le temps d'arrondir, de déconstruire... Cette eau coule inéluctablement et le parti pris de la réalisatrice de ce petit film nous indique qu'il suffit de regarder et d'écouter pour découvrir le prix inestimable de la vie.
The pieran spring, comment traduit-on cette expression? Depuis que j'ai lu qu'en français on traduisait Organ Mountains, par Les Montagnes d'organes (wiki traduit), je me méfie...

Anijo a dit…

Ah, la voilà la petite source piérienne (ou La Source Pirène de Pégase peut-être?).

J'ai bien l'idée mais je ne sais pas encore comment l'exprimer correctement

Et puis il faut boire à longs traits ou de ne pas goûter à la source piérienne/pirène. ;)

Anijo a dit…

Salut Xtine! Je viens de lire ton commentaire poétique. La source piérienne/pirène viens de la mythologie grecque. En anglais, il y a un poème de Alexander Pope:

A little learning is a dangerous thing ;
Drink deep, or taste not the Pierian spring :
There shallow draughts intoxicate the brain,
And drinking largely sobers us again.
Fired at first sight with what the Muse imparts,
In fearless youth we tempt the heights of Arts ;
While from the bounded level of our mind
Short views we take, nor see the lengths behind,
But, more advanced, behold with strange surprise
New distant scenes of endless science rise !

Anijo a dit…

Ici on parle de la source Pirène

A corinthe, la source Pirène était également consacrée aux Muses.


Mais ici on parle de la source piérienne

... qu'un petit savoir est une chose dangereuse, et qu'il faut conséquemment puiser profondément, ou ne point puiser du tout à la source piérienne

Anijo a dit…

Depuis que j'ai lu qu'en français on traduisait Organ Mountains, par Les Montagnes d'organes (wiki traduit), je me méfie...

C'est car les sommets et les côtés des montagnes ressemblent aux Tuyaux d'orgue

ZapPow a dit…

C'est la source piérienne, qui se trouve en Piérie, où naquirent les Muses, non loin du mont Olympe. La source Pirène se trouve, elle, dans la région de Corinthe, et c'est là que Béllérophon captura Pégase, alors que le cheval ailé s'abreuvait à la fontaine qu'elle alimente.

Christine a dit…

Merci Anijo, je n'avais pas fait le rapprochement... On ne saura jamais qui de Pégase ou de Pirène a créé cette source . Mais elle existe toujours: elle aurait son exutoire dans une autre fontaine,d'où son nom emprunté au verbe grec πείρειν, traverser, parcourir d'un bout à l'autre. Elle alimente toujours en eau l'antique Corinthe!

Bon à nous deux Anijo, toi d'une façon poétique et moi d'une façon pragmatique, on va parler du billet de Flocon avant de l'avoir lu! Nous sommes chipies...

Christine a dit…

Quel beau livre en effet! Je garde un souvenir fort de ce livre. Tout comme vous, je ne l'ai jamais revu. En matière de relecture, c'est un peu quitte ou double...
Oui, c'est une formidable chance de lire, de voir ou d'entendre des oeuvres qui nous irriguent et bruissent en nous.

Joli billet, Flocon! Vous avez bien filé la métaphore!

Flocon a dit…

Désolé pour le Red hering ;-(

Eh bien finalement il n'est pas question de source Piérienne comme j'en avais l'intention.

Et c'est parce que mon idée première ne tenait pas la route que j'avais retiré la bande annonce...

Heureusement Italo Calvino est venu à mon aide...

Merci à vous trois d'être intervenu, la source piérienne n'a plus de secret pour moi.

Anijo a dit…

Mais vient le moment où se dissipe le rêve quand s'achève l'histoire. Le rêve est fini mais le ruisseau coule encore en nous et toute notre vie nous accompagne.

Que soient remerciés les écrivains et les artistes qui font couler dans notre imagination le petit ruisseau des montagnes Organ.


Flocon,
Toi et Christine, les deux, vous êtes des poètes/des artistes des mots.

Anijo a dit…

This is excellent writing Flocon. Thoughtful, imaginative... One of your best. I now have the desire to read "Le Baron perché".

Anijo a dit…

Bon à nous deux Anijo, toi d'une façon poétique et moi d'une façon pragmatique, on va parler du billet de Flocon avant de l'avoir lu! Nous sommes chipies...

Il m'a fallu chercher la définition de 'chipie'

chipie, nom féminin
Sens Femme ou jeune fille désagréable, capricieuse ou prétentieuse [Familier]. Synonyme acariâtre Anglais little minx, bad-tempered womam


Rires ! We are, indeed, two saucy little minxes. ☺

Christine a dit…

Flocon,
J'ai oublié de vous dire combien j'apprécie toutes vos "programmations" musicales de musique de chambre (ça fait un peu compassé cette expression, ça ne rend pas compte de l'extraordinaire vitalité du quatuor). Ce String quartet de Shostakovitch est un pur bonheur et s'accorde bien à l'air printanier.

Christine a dit…

Anijo,

Certes la définition n'est pas très flatteuse. Mais, va savoir pourquoi, "chipie" est pour moi un terme plutôt affectueux: certes une chipie n'est pas très indulgente avec ses congénères mais ce n'est pas une garce! J'ai souvent des "chipies" dans mes classes: je les trouve en général attachantes et malicieuses...
Comme quoi le dictionnaire ne fait pas (toujours) loi!

Flocon a dit…

Anijo,

The post is a typically emergency case one. Under the pressure I gave up the original idea which was a bit far-fetched and wouldn't have done justice to your video.

Glad you liked it but there's really nothing to write home about. The metaphor is trite and I can see the flaws in the writing. Also the title is so pompous!

Well the important thing is that there's a little text attached to your video and if you feel like they were meant to be for each other then all the better...

You probably have already looked at it but just in case...

---------

Little minx is ok for chipie. Bad tempered woman isn't. Une chipie n'a pas nécessairement mauvais caractère.

Flocon a dit…

Christine,

Il m'est agréable que les petites bandes son vous plaisent...

Jusqu'à présent je faisais des manips à n'en plus finir jusqu'à ce que je m'aperçoive qu'il était possible de réduire les vidéos YouTube de telle sorte que seule la bande son soit lisible --> Énorme gain de temps!

Le concerto de Ravel est resté en place des mois avant que mélomane anonyme ne le fasse remarquer. J'ai enchaîné tel ou tel titre classique sans cohérence puis je me suis dit qu'il était peut-être préférable d'être plus rigoureux.

Le répertoire des quatuors à cordes est tel qu'il suffit à alimenter chaque jour de l'année.

Cela aurait pu être des airs d'opéra mais cet univers m'est étranger comme vous savez.

Dès les premières mesures je me sens pleinement intégré dans l'univers sonore des quatuors à cordes, particulièrement les modernes et contemporains.

Connaissez-vous Morton Feldman? Ce compositeur américain a écrit un quatuor composé de 28 mouvements d'une durée totale d'environ 5 heures! Only in America!!!

Ne soyez pas trop indulgente avec ce petit billet, il ne le mérite pas. Comme je l'écris à Anijo ci-dessus la métaphore est eventée, le texte n'a pas la fluidité du ruisseau et le titre ressemble à du Bachelard (L'eau et les rêves par exemple)

Les deux fautes d'orthographe que vous avez eu la faiblesse de ne pas relever ont été corrigées...

-----------

En effet, la chipie n'est pas une garce, on l'appelle aussi souvent une petite peste (quand c'est une gamine)

Flocon a dit…

Anijo,

One example of why the text needed to be bettered: There were 5 occurences of the verb "couler" in the post. I wrote it 4 times and there is one occurence in Calvino's text.

I've replaced 3 of mine by filer, ruisseler and font vivre instead of "font couler".

Couler is to be met twice instead of 5 times which is a (slight) impovement for such a short text.

"je me garde bien de vouloir le relire." est insatisfaisant.

"Ainsi le regard du lecteur court le long des lignes du roman"

Why Ainsi? il n'y a pas de relation directe avec le paragraphe qui précède. Mais s'il n'y a pas "ainsi" la phrase est trop sèche et il manque une liaison avec ce qui précède.