samedi 1 décembre 2007

It's getting better all the time.


Ca va nettement mieux avec les Vélib’! J’ai ma carte d’abonné annuel depuis 5 mois, je l’utilise 1, 2, 3 voire 4 et 5 fois par jour (jamais son mon casque !), ça change la vie ! Revers : je marche moins que je ne le faisais…

Le gros, très gros handicap que tous les utilisateurs ont connu pendant les premières semaines c’est la difficulté, passée une certaine heure comme on dit, de trouver une place libre pour se séparer du cycle. Se retrouver après 20’ et une quinzaine de bornes à 1 ou 2 km de son point d’arrivée souhaité c’est… ennuyeux à la longue.

Mais c’est fini. Depuis plusieurs semaines je n’ai plus jamais connu ce genre d’exaspération. Toujours une place dans un rayon de 400m. Bon, je circule moins la nuit aussi…

Par contre, que de vélib’ indisponibles pour cause de… Justement pour cause de quoi ?

Parce que les chaînes sautées, absentes, les pédales cassées, les dérailleurs bloqués sur telle ou telle vitesse, les Vélib’ immobilisés sur leur borne (point rouge), les pneus crevés, voire les cadres carrément déchirés en deux, les selles manquantes, les manettes de réglage de hauteur de selle disparues, les lampes avant pendantes ou les lumières éteintes etc. je ne compte plus les casses qui peuvent se rencontrer. Attention également aux roues arrière aux freins hâtivement resserrés et qui ne tournent plus librement. C’est très fréquent.

J’ai longtemps cru que les pneus crevés l’étaient because des gamins s’amusaient à les saboter, mais vu le nombre incroyable d’occurrences je commence sérieusement à mettre en doute l’idée du réseau de plusieurs dizaines/centaines de gosses (ou pas gosses d’ailleurs) qui jour après jour, aurait trouvé là de quoi s’occuper. N’y a-t-il pas une fragilité particulière au niveau des chambres à air ? En fait, il paraît que les pneus se dégonflent progressivement et « naturellement ». Ah bon ?

De même pour les chaînes sautées ou disparues. Disparues, à la limite, elles ne sont pas parties toutes seules, mais dégagées des plateaux avec une telle constance ?

Je vois mal qui que ce soit bricoler les dérailleurs pour qu’ils soient inutilisables. Par contre les câbles anti-vol entortillés autour du moyeu de la roue avant (je l’ai vu !) ou encore emberlificotés autour des filets du panier, ne s‘y sont pas mis seuls, c’est évident, il y a intention malveillante. Nombre de verrou d’anti-vol ne se bloque plus.

J’ai vu, de mes yeux vu, des Vélib’ encore fixés à leur borne avec le cadre totalement plié en deux. Ils ont fait ça avec un tracteur ?

On s’en pose des questions dans la vie… mais enfin, j’aimerais bien savoir.

Quoiqu’il en soit, il y a du travail pour 400 personnes paraît-il, tant mieux. En attendant 29 € par an pour un service 24/24 365/an c’est donné. Et ça change la vie du piéton de Paris.

2 commentaires:

ned a dit…

Je fais du velo à Paris dépuis 15 ans. Mon très vieux 10-vitesses a eté vandalisés plusieurs fois. Je doit l'attacher aux poteaux la nuit. Une fois j'ai surpris une bourgoise voisine piquer mon pneu avec un objet pointu. Elle pensais que mon vieux clou défigurait la trottoir à coté de son immeuble.

Mais maintenant, il est plus difficile à rouler parce que la police est plus tatillon sur l'application de la loi. C'est normal avec ce que je vois avec les nouveaux cyclistes, dont certains sont même pas très stable en selle.

Fini les sens uniques à contresens et quelques metres sur la trottoir.

Cela me fais changer de mes routes normales les plus courtes. Ah, le bon vieux temps.

Flocon a dit…

"Fini les sens uniques à contresens et quelques metres sur la trottoir."
Au mois d'août dernier, je me suis fait reprendre par des agents après avoir brûlé 2 feux rouges rue du Fbg St Antoine à 4h du matin...
Mais bon, ils font leur boulot, c'est normal. Il faut être vigilant et respecter les règles autant que faire se peut.

"Ah, le bon vieux temps."
Oui, c'est valable pour tous les cas en toutes circonstances sans doute...
Tout le monde est concerné je crois...