vendredi 25 février 2011

Tâlas



La musique, langage universel dit-on et pourtant, combien de gens sont imperméables à quelle que forme que ce soit d'expression musicale? Cela ne les touche pas ni ne les affecte. Ces gens sont indifférents semble-t-il aux émotions les plus intenses que peut procurer la musique, de la simple chanson populaire aux œuvres les plus élaborées du répertoire classique ou du jazz.

Ce qui ne laisse pas de m'étonner ce sont les gens d'une intelligence supérieure et d'une culture incomparable (André Malraux par exemple mais il en est des millions comme lui) qui sont comme dépourvus d'un sens spécifique, l'ouïe, alors même qu'ils savent reconnaître le beau lorsqu'il s'exprime dans la matière ou le mouvement, la sculpture ou la chorégraphie, la peinture et les arts plastiques en général.

Mais l'harmonie, la mélodie, le rythme paraissent leur être radicalement étrangers. Certes ils ont entendu -car on ne peut y échapper- tel morceau symphonique ou telle mélodie mais ils sont cependant tout à fait incapables d'identifier et moins encore de "situer" ce qu'ils viennent d'entendre.

Ainsi je me souviens être entré dans une librairie d'art il y a 25 ans où la radio jouait la sonate pour flûte, alto et harpe de Debussy que je reconnus instantanément ce qui "épata" le vendeur qui était précisément de ces gens pour qui la musique paraît être une masse de sons indistincts dont il est impossible pour eux de saisir ou de discerner quoi que ce soit.

La même personne en revanche qui parlera savamment de telle toile de Tamara de Lempicka, de Mondrian ou de Basquiat reste saisie d'incompréhension à l'écoute d'une sonate pour violon de Bach ou d'une sonatine de Luigi Dallapiccola. Tout cela semble être du pareil au même pour elle.

Ne parlons même pas alors des musiques extra européennes qui leur sont au-delà de l'accessible et qui semblent être des manifestations sonores de peuplades primitives voire barbares.

Si l'on considère que la musique est la respiration du temps, le fameux Om̐ des religions de l'Inde, peut-être ces gens sont-ils trop proches du réel le plus immédiat pour être capable de s'abstraire de leurs personnes et de leur environnement quotidien afin accéder à ce niveau d'immatérialité et de désintéressement que réclame la plus sublime expression de notre humanité.

La musique est immédiatement disponible, elle correspond à un certain type de sensibilité qui n'a pas besoin d'éducation et encore moins d'explication. On y est spontanément sensible ou on ne le sera jamais. Tout  discours sur la musique est à mon sens antithétique avec l'essence même de son objet qui est d'ordre immatériel. Écrire sur la musique c'est comme tuer le sentiment du beau qu'elle exprime en voulant la réduire à ce que précisément elle n'est pas : l'analyse conceptuelle de la fluidité du souffle vital.

La musicologie peut être intéressante à titre de savoir mais en aucun cas, jamais, elle ne permet en quoi que ce soit d'affiner une sensibilité musicale. Elle ne peut qu'exposer des concepts sur ce qui par nature est  au-delà des concepts.

A part les musiciens qui ont besoin d'apprendre et d'étudier les maîtres, quel sens cela peut-il avoir de savoir comment est construite une cantate de Bach, une improvisation de Miles Davis ou que les ragas indiens sont  rythmiquement structurés selon des tâlas carnatiques ou hindoustanis?

Les gens qui sont réfractaires à la musique sont ceux qui veulent comprendre là où il n'y a rien à comprendre et mettre des mots là où ils ne signifient rien. Ils sont prisonniers de leur pesanteur quand la musique les libèrerait.

9 commentaires:

ZapPow a dit…

Superbe ! Le son de la flûte m'a fait me souvenir d'un certain John "Kaisan" Neptune, Américain qui joue du Shakuhachi, flûte droite japonaise en bambou. En particulier, son morceau intitulé "Bamboo" est une merveille.

Flocon a dit…

Tu as attisé ma curiosité et voici donc ce Bamboo de John Kaizan Neptune.

Ma naturelle viscosité mentale me tient en général assez en retrait des "cross cultural musics". J'ai toujours la sensation d'une perte de pureté originale des genres respectifs qui sont utilisés.

Un autre titre de Kaizan.

En ligne depuis un mois, c'est du tout nouveau!

J'aime bien cela aussi mais l'émotion d'ordre spirituel je la trouve qand Gould l'interpète, pas quand c'est Loussier, malgré toutes ses qualités.

Anijo a dit…

Flocon, ZapPow (and Ned on another thread.)

Thank you all for your suggestions re music. I'm always on the lookout for different musicians to enjoy and explore.

Anijo a dit…

I have a Nakai/Kater mix to share at some time in the future.

Flocon,

I have a mix for you I've been thinking of. Perhaps before too long I will send you this combination of thoughts via email

Flocon a dit…

A Nakai/Kater mix???

Il y a 9 morceaux de flûte indienne disponibles sur la video du billet. Worth listening to...

Anijo a dit…

Peter Kater and R Carlos Nakai

East

Mais c'est le genre "cross cultural music"..

Surrender

Flocon a dit…

No wonder I didn't know Peter Kater.

Il n'y a d'article qu'en anglais sur Wiki avec juste une liste de ses créations. It's a stub so they say.

He's of German descent which of course I didn't know but the German word I knew (Hangover) hence my link...

De même, Carlos Nakai has a short article in Wiki with a translation in... Lituanian.

"Mais c'est le genre "cross cultural music" To say the least... C'est plaisant à écouter mais c'est vraiment impersonnel.

Le gars qui a mis ses vidéos en ligne écrit I just added music from "Songs For Humanity" by Peter Kater & R. Carlos Nakai."

Il voulait montrer ses orchidées et s'est "servi" d'une musique passe partout.

Il y a un article en anglais et en français sur la musique amérindienne with two original recordings de 1896 et 1907 sur la page anglaise.

It sounds much like the music that is played during the Pow Wows you once linked to. Mais il y a tellement de différences entre toutes les tribus.

The French page may interest you as well.

J'ai déjà entendu des groupes jouer de la musique indienne en France et je sais qu'il y a plusieurs pays en Europe, en Allemagne notamment (the Winnetou effect) which give a revival to this music.

Anijo a dit…

Flocon,
You might enjoy watching and listening to this Taos Pueblo drum group

Anijo a dit…

Flocon, you might also enjoy this interview with a Taos Pueblo guide