jeudi 22 mai 2008

Faggots!




The most interesting artefacts in archaeology you don't find on the surface of the ground of course but in the deeper layers. This goes also for thoughts and ways of thinking.

We've seen before how the ingredients of French-bashing that were to be found by the thousands in the American media from 2003 and on were the same you'll find at the basis of racist thinking and colonial mentality.

May I propose the same unexpected reading of another staple of French-bashing, probably the most prevalent of them all? I'm talking of the equation French = Surrender, which even Jon Steward made use of here. It seems it has become an unavoidable cliché about the French for most Americans.

An interpretation of that stereotype/trope has been offered here, cogent and apparently satisfying but this thesis remains on the surface of the ground, in my opinion. It's not false but somehow beyond the point.

Now, some historicization of data are indispensable at that point.

1°) We still have to return to the 1940 defeat.

The German army was the mightiest the world had ever known.

The English engineers had the good idea to dig a trench between the continent and their beautiful island. They named it the English Channel. This brilliant idea saved the British's butt in June of 1940. Dunkirk wasn’t exactly a great victory for the Brits but what could they do in front of the Wehrmacht?

The American engineers were even brighter and much cleverer than the Brits: they dug an ocean between the Germans and the US.

Had America had a frontier with Germany at that time, the American army (next to non existent in 1940) would have been smashed into pieces by the Germans.

Is it necessary to recall the Germans nearly reached Moscow and that it took more than 3 years for  America, the Ussr and the Brits (mainly) to defeat the Germans? The US could never have won against Nazi Germany were it not for the Russians.

So here comes the catharsis part: allowing the projection of the inner fear that America could and (would) have lost against the Germans, no doubt about it.

By making such a fuss about the French defeat of 1940, the American media make Americans forget that they wouldn’t have faired better than the French under the same circumstances.

Ha ha (giggle) the French surrendered (thank God we weren’t in their shoes, pwfff!). What a bunch of faggots!

2°) The second most important pillar of the American society after religion is the army. Like it or not, the figure of the soldier is an icon in contemporary America. Well before WWII, the myth of the courageous, brave, incorruptible hero was founded at Alamo where all 189 combatants died. Now, these were real men who never would have surrendered to the enemy. John Wayne himself directed the movie, not the heroes of "Brokeback Mountain".

To surrender is the worst act of weakness and treachery you can expect from a soldier. Particularly an American one of course. To surrender is the unmistakable sign of unmanhood, hence feminity. Only faggots are capable of surrendering.

Is it just a coincidence that the French are often portrayed in the US as rather effeminate, walking down the streets with their French poodle at their side, with a certain affected genre? Just remember the cartoons we were entitled to 5 years ago.

But now, we're in the XXIth century and it is no longer possible to print such insults as "faggots" in the papers, or to call people "faggots" on the radio and TV networks. So a code word had to be found. What about "surrender"? That's what makes the audience of Jon Stewart laugh when he has a go with the "surrender" stereotype. There's an unconscious, homophobic reference which doesn't pass unheeded to the American audience. All jokes based on sexuality, particularly homosexuality, are a guarantee for laughter in the world. All the more when foreigners are involved.

Just like the usual arsenal of French bashing was evidence of a racist/colonial mentality, the overwhelming use of the word "surrender" is the expression of an underlying homophobia. Hence, the complete analogy reads thus: Surrender = French = Faggots. Are you surprised this could take place in such a religious, military, conservative country as the US? No kidding...


(Note: The painting is "Amor vincit omnia" by Caravaggio)
 

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Your analysis makes sense.
American French bashers should beware: quite a few male homosexuals or even women know kung-fu, and could kick the sh*t out of them if they feel insulted - which i doubt: this kind of judgement designed as an insult is in fact more insulting for the basher himself (curious how bashers are generally male people), and homophobia is sometimes the sign of a frustated homosexuality.

Etchdi

Flocon a dit…

Il me semble qu'il y a une différence de ce point de vue entre les media américains et leurs confrères anglais.

Il me semble, je n'ai pas fait d'étude comparative, qu'on aurait moins de possibilité d'appliquer mon "analyse" chez les Brits que chez les Américains.

Mieux informés les Anglais? Ou plus matures? Ou lassés après des siècles de francophobie?

Les fondamentaux restent en place malgré tout... ;-)

old frog a dit…

hi flocon

interesting post

but a lot of the myth of the "conquest of the West" is just a... myth. In reality most of the West (central plains etc.. up to the Rockies) was already conquered by the... French. So the Louisiana purchase permitted the expansion westwards.

The purchase consisted of the whole of present-day Arkansas, Kansas, Iowa, Missouri, Nebraska, and Oklahoma, and portions of Colorado, Louisiana, Minnesota, Montana, New Mexico, North Dakota, South Dakota, Texas and Wyoming. It also included the southernmost portions of the present-day Canadian provinces of Alberta, Manitoba, and Saskatchewan.

Those scarcely populated but peaceful areas were turned into an outlaw society
and a raging civil war :

"As the setting for numerous works of fiction, the period and region quickly became so popular that it now has its own genre, called "Western."

Historical revisionism has noted that certain interests (notably cowboys, Indians, businessmen, and the United States government) repeatedly clashed in these conflicts, and a few accounts refer to them as a "western civil war of incorporation" that established United States authority over the region. Violent small scale range wars between settlers, such as the Pleasant Valley War, Lincoln County War, and Johnson County Range War appear to have been common. Accounts of corrupt and criminalised justice systems are also common."
http://en.wikipedia.org/wiki/American_Old_West

The rest was acquired mostly by warring or purchase from the Spanish or Mexico.

So that there were "no French" in the westward expansion isn't really true. Even in the series "Centennial" it's a Frenchie that "founds" Colorado.

http://en.wikipedia.org/wiki/Centennial_%28miniseries%29

and Davy Crockett (David de Croquetagne) was of French-Irish descent (which is barely acknowledged by the English version of Wikipedia) and probably not known by 99,9% of Americans. But it might explain why he didn't surrender at the Alamo.

the American psyche is a mixture of Christian fundamentalism, Jacksonian Democracy and Jeffersonian Democracy.

This later type of Democracy is the on that has suffered the most in the US history. Today if Jackson was in charge he would be seen as an American Milosevic.

Flocon a dit…

Hello Oldfrog,

Welcome to "Shall we talk".

but a lot of the myth of the "conquest of the West" is just a... myth

That what myths are made of isn' it? ;-)


The conquest of the west is the American myth by excellence, the one that represents the coalescence of American values that we still identity America with nowadays. (individualism, courage, forwards spirit etc.)

Oui, les Français ont joué un rôle essentiel dans la découverte des territoires mais n'était-ce pas antérieur à la conquête de l'Ouest? Plus du XVII et XVIII siècles qu'après non?

Anonyme a dit…

Je suis entièrement d'accord avec tes arguments.
D'ailleurs ce n'est pas par hasard si les malades de fuckfrance.com sont aussi homophobes.

On pourrait aller plus loin et résumer le tout en gauchiste=lache=pédé.

Je vois que les apologistes de Superfrenchie s'en donnent à coeur joie.

Flocon a dit…

謝謝您 Etchdi, je me sens moins seul...

Quels tirs croisés en effet.
Parceque jai eu le malheur de proposer une interprétation -que j'ai présentée en tant que telle- inattendue, quelle levée de boucliers soudainement! Comme des mécanismes de défense.

Au départ il s'agit d'essayer de voir ce qu'il y a derrière un lieu devenu commun -semble t-il- aux US.
Tu connais ma thèse, elle n'a rien de révolutionnaire et je ne me sens pas personnellement concerné, ce qui pourrait expliquer une certaine véhémence. Ben non, c'est juste pour le plaisir du décrytage que j'ai voulu aller plus loin qu'on ne l'avait fait jusqu'à présent.


Je reconnais cependant que j'ai mal exposé ma thèse, en particulier le passage sur la "ruée vers l'ouest". Admittedly ça manque pour le moins d'une certaine rigueur. Je l'ai reconnu sans ambage. J'ignorais qu'il fût nécessaire de se préparer comme pour un oral d'agreg... ;-)

Il me paraît révélateur que l'essentiel de la controverse a porté sur un point accessoire (qui était précisément le plus faible de ma démonstration, ce n'est pas un hasard) la "psyché américaine, the true american identity" et nullement sur l'homophobie latente que je discerne derrière Surrender = French.

Le tableau du Caravage pouvait être une indication (avec le titre du tableau!), c'est passé inaperçu. J'aurais aussi bien pu mettre une image de Donald ou d'un quelconque manga lol

Nouvelle occasion (et c'est arrivé plusieurs fois) de constater qu'il ne sert de rien de faire des concessions dans une discussion avec certains contradicteurs qui n'en trouvent que plus matière à être intransigeants voire à s'approcher de l'impertinence ou de l'insolence.

N'en vient-on pas à me conseiller (en toute aménité évidemment) de m'abstenir d'écrire de semblables billets à l'avenir? Demandera t-on la prochaine fois à SF de ne plus publier mes élucubrations?


Mais il apparaît que c'est comme si je suggérais que tous les Américains sont des pédés...


Dans un tout autre domaine, je me demande ce que peut Google translator pour une langue idéographique comme l'est le chinois vers des langues alphabétiques commes les européennes?


有很多批评,在我的文字对同性恋和反法语笑话。Cela a t-il un sens?

Original: Il y a beaucoup à critiquer dans mon texte sur l'homophobie et les plaisanteries anti-françaises.

J'ai refait le chemin inverse qui donne un résultat intéressant qouiqu'il y ait un contresens.

Anonyme a dit…

ce n'est pas etchdi.

Je suis juste un mec qui se bat contre le French-bashing depuis des années mais j'ai eu le malheur de traiter Greg de French-basher sur superfrenchie donc depuis on m'a banni et on me l'a jamais pardonné malgrés les mails que j'ai pu envoyer à chazelle et la copie de mon mémoire de Master "Franco-American relations since WWII"

Je trouve que le comportement de ms.miami, tcheni et surtout Mark déposé (qui lui est incroyablment méprisant) de sans cesse minimiser le french-bashing tout simplement dégueulasse.

Ils sont en train de détruire et d'ouvertement ridiculiser tout le travail de SF depuis des années mais apperemment il s'en fout.

Je viens de créer un blog.
Je vais commencer à l'alimenter tres bientot.

http://frenchbashing-watch.blogspot.com/

Anonyme a dit…

Salut Flocon,

J'avais perdu de vue ton post "Faggots" d'origine, si bien que je n'ai pas répondu à propos de ton traducteur automatique en chinois. Le résultat dans le sens F->C n'est pas si mal, bien qu'un Chinois ne le dirait pas tout à fait comme ça et que 文章 serait mieux que 文字.

"Les fondamentaux restent en place malgré tout..."
Détrompe-toi : les fondamentaux, mentalités, universaux et autres bricoles démodées ont disparu avec l'essentialisme ;-)

Etchdi

Anonyme a dit…

Salut "Qui-n'est-pas-Etchdi"

En effet, tu n'est pas moi et je est un autre, mais il n'y a pas d'offense, comme disent les Québecquois.
Un conseil pour ton blog : on peut avoir toutes les opinions qu'on veut, mais il faut choisir se mots pour ne pas blesser inutilement. Ce qui est excessif est souvent dérisoire. Je serais plus nuancé que toi par exemple pour Mark chez SF, qui est le plus souvent clair et plein d'esprit.

Etchdi (exigez l'original)

Flocon a dit…

Hmmm... puisque ce billet connaît un regain d'activité momentané...

Suite aux échanges un peu "acides" sur SF je l'ai repris en éliminant le paragraphe relatif à la ruée vers l'ouest qui était, j'en conviens, plutôt imaginatif.

Je comprends que mon point de vue (surrender=faggots) n'y gagnait rien dans l'exposition au contraire. C'était le talon d'Achille du billet (talon d'Achille grrrrr...).



Etchdi, il y a 2 versions du chinois disponibles sur Google (traditionnel et simplifié). Je "me sers" du traditionnel.

Voilà un sujet intéressant: la diversité du graphisme et de la prononciation de cette langue sur un territoire aussi vaste, avec une population aussi nombreuses et une histoire quadri millénaire.

Bonjour les variations et les tentatives d'uniformisation j'imagine...

Sans compter les réformes officielles qui n'ont pas dû manquer, avant et après Mao.

Flocon a dit…

Anonyme,

L'allusion rimbaldienne de Etchdi ne t'a pas échappé j'espère. ;-)

Quand il écrit il faut choisir ses mots pour ne pas blesser inutilement je confesse que cela s'adresse également à moi qui suis parfois un peu (trop) véhément.

Méditons donc de concerve le précepte CXVIII de B. Gracian:

La courtoisie est la partie principale du savoir-vivre; c’est une espèce de charme par où l’on se fait aimer de tout le monde; au lieu que l’on s’en fait hair et mépriser par la rusticité. Car si l’incivilité vient de superbe, elle est digne de haine ; si c’est de bêtise, elle est méprisable. Le trop sied mieux à la courtoisie que le trop peu ; mais elle ne doit pas être égale envers tous, car elle dégénérerait en injustice. Elle est même d’obligation et d’usage entre les ennemis, ce qui montre son pouvoir. Elle coûte peu, et vaut beaucoup. Quiconque honore est honoré. La galanterie et la civilité ont cet avantage que toute la gloire en reste à leurs auteurs.

Il y en a bien d'autres de la même eau.



Vis à vis le french-bashing, j'ai toujours considéré que c'était le revers d'une médaille. Ambivalence is the key word.

On peut réagir au French-bashing mais il est là pour durer. Il fait partie de la relation Anglo/américano-française. C'est comme ça.

S'il n'existait plus il n'y aurait plus son envers: l'intérêt pour la France et les Français.

Ces relations seraient aussi intéressantes que les relations entre le Portugal et l'Estonie. Rien que du passionant comme tu imagines...

Anonyme a dit…

Curieux comme ce savoureux passage de Gracian évoque un texte classique chinois avec son balancement. Admirable.
A propos de chinois, le texte que tu cites dans un message au-dessus n'est du "traditionnel" mais du "simplifié". Qui n'est d'ailleurs pas si simplifié et qui est reconnu pratiqué par 99% de la pop de la Chine pop de - de 50 ans. Le "traditionnel" continue à Hong Kong et Taiwan (et dans les journaux chinois de Paris, si je ne me trompe mais je peux me tromper vu que je n'achète pas ces journaux-là non plus).
Etchdi

Flocon a dit…

Curieux comme ce savoureux passage de Gracian évoque un texte classique chinois avec son balancement.

Curieux mais pas si étonnant que ça au fond. La citation est extraite de "L'Homme de cour", ce qui veut bien dire à qui il était destiné.

La nature humaine étant ce qu'elle est, les relations de pouvoir, de soumission, d'obéissance ainsi que le règles de prudence et de respect devaient se retrouver à Babylonne comme en Chine ou chez les Aztèques.

Elles sont toujours pratiquées dans les hautes sphères de l'Etat (et George Marc Benamou n'a pas su les comprendre et en faire bon usage).

Maintenant, la forme littéraire permet seule de singulariser leur origine.