mardi 1 mars 2011

Sic transit gloria mundi

Les événements se sont déroulés tellement vite en Égypte que le sort de l'ancien président Moubarak m'était inconnu depuis son éviction du pouvoir. Il s'était donc retrouvé avec ses proches dans sa propriété familiale à Charm El Cheik nous informe le NYT.

Nous apprenons hier que la justice égyptienne a pris une série de mesures lui interdisant de quitter le territoire égyptien ainsi que le gel de ses avoirs et dépôts bancaires en Égypte et à l'étranger.

Mais ce n'est pas seulement la personne de l'ancien président égyptien qui est visée par la justice égyptienne, d'autres puissants de l'ancien régime font également l'objet de procédures tel que l'ancien ministre de l'intérieur Habib El-Adli par exemple.

C'est bien la Justice qui applique le droit, ces magistrats indépendants dont la vocation est d'appliquer impartialement les lois de leur pays quel que soit le pouvoir en place. On le voit en Tunisie actuellement comme on le verra à n'en pas douter en Libye d'ici quelques semaines...

Mais où étaient-ils ces juges et magistrats il y a quelques semaines? Les lois de leurs pays respectifs ont-elles été modifiées en si peu de temps?

Mais ne raillons point les membres des magistratures égyptienne, tunisiennes ou libyenne : nous avons connu exactement la même situation en France dès la Libération où les mêmes juges qui condamnaient à mort les faiseuses d'anges par exemple ou les résistants ont tout naturellement poursuivi leur carrière empreinte de probité, du sentiment du droit et du juste jusque dans les années 60 quand l'heure de la retraite vint à sonner.

Il serait d'ailleurs intéressant de savoir ce que devinrent tous les magistrats qui prêtèrent le serment de fidélité à Pétain en août 41...

Voilà qui est universel pour le coup : Les armées sont au service des nations qui les forment et les entretiennent comme les forces de police et les magistratures sont au service des pouvoirs en place.

Je ne sais si de tels renversements d'allégeance eurent lieu aux États-Unis après la Guerre de Sécession mais je n'en serais guère étonné, l'arrivisme et l'opportunisme étant des comportements universels.

4 commentaires:

Anijo a dit…

Je ne sais si de tels renversements d'allégeance eurent lieu aux États-Unis après la Guerre de Sécession mais je n'en serais guère étonné, l'arrivisme et l'opportunisme étant des comportements universels.

Proclamation of Amnesty

Flocon a dit…

Les proclamations d'amnistie sont quasi systématiques après les guerres civiles ou les conflits armés, il faut tourner la page.

Je crois que la section 3 du 14è amendement répond implicitement à ma question.

No person shall hold any office under the United States who, having previously taken an oath, as a executive or judicial office of any State, to support the Constitution of the United States, shall have engaged in insurrection or rebellion against the same, or give aid or comfort to the enemies thereof.

So I understand the judges (whether they may have been from the South or the North) who would have taken oath to support the Constitution could not hold any office, had they engaged in rebellion against the Constitution etc.

Which means that judges from the South (the losers) if they acted contrary to the Constitution during the Civil War could no longer be judges (or hold any other office) after the war ended.

There may have been such provision in France in 1945 but I doubt many magistrates and judges did lose their job...

Ned Ludd a dit…

Thank Odin that I live in a "democracy". With the new government, I have a condemned criminal, Juppé, as minister of foreign affairs, and a man of the extreme right, Longuet, who managed to use delays and friends to avoid condemnation for several frauds as minister of defense.

I also have a retired préfet, Claude Guéant as minister of the interior whose first concern in his speech to the parliament was the fight against immigration, even though the entire system of justice in France has been underfunded for years.

Gosh, I sure am lucky.

Flocon a dit…

According to Wiki;

"Gérard Longuet est condamné le 12 juillet 1967 à 1 000 francs d'amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation », en même temps que douze autres militants d'extrême droite, dont Alain Madelin et Patrick Devedjian."

Avec Juppé ou les Balkany, qui sont ses amis, Sarko sait s'entourer en effet.

Gérard Barrot a aussi été condamné puis aussitôt amnistié. Et tant d'autres...

Also you forget Hortefeux...

I know DSK isn't your cup of tea -altough you once wrote the budget was balanced when Jospin left- but at least he resigned when he was suspected of wrong doing.

As for the underfunding of the system of justice in France, it has probably been the case for decades and decades. Je ne connais pas les chiffres, il faudrait chercher.

Thank Thor I live in a democracy...

A propos de démocratie, Je remettrai en ligne un billet de janvier qui n'est resté que quelques heures sur le blog parce que je n'en étais pas content...