samedi 23 août 2008

Rupture




Il y a quelques semaines Bill O'Reilly a fait de Marie-Antoinette l'épouse de Louis XIV. C'est amusant mais je ne lui jette pas la pierre, sûr que des millions de Français le croient comme ils pensent que Clovis était le neveu de Vercingétorix ou Jeanne d'Arc l'épouse morganatique d'Henri IV.

Que savent les pays européens de l'histoire de leurs voisins? Des Jagellons en Pologne, des Eric et autres Olaf en Scandinavie, des rois d'Espagne ou des Princes Allemands du Saint Empire Germanique? Rien. Quant aux civilisations extra-européennes n'en parlons même pas.

Il y a des universitaires remarquables aux US comme il y a des historiens amateurs, mais leurs ancêtres européens, quand ils ont immigré, ont abandonné, laissé derrière eux l'histoire des pays respectifs d'où ils partaient. Le mot d'ordre était de partir de zéro aux Amérique. Tabula rasa.

J'apprends que la Tour Saint Jacques à Paris vient d'être libérée des échafaudages qui l'enserraient depuis bientôt 10 ans. Quel rapport avec O'Reilly?

C'est que s'il y a à peu près un siècle entre Louis XIV et Marie-Antoinette, à peine contemporaine de la naissance de la République Américaine, la Tour Saint Jacques elle précède de près de 300 ans la Constitution Américaine. Tour Saint Jacques qui elle-même a été construite à la place d'un beffroi du XI siècle. 700 ans avant la Boston tea party...

On ne remontera pas aux invasions normandes, aux Mérovingiens etc. Mais pensons que tous les pays européens ont eux aussi une histoire s'étendant sur des siècles et des siècles. Et Byzance qui a duré de 330 à 1453... Quant aux milliers d'années de la Chine...

Ce que je veux dire c'est que ce sont des espaces de temps dont l'échelle n'est pas à la mesure de l'histoire américaine.

Si les Européens sont aussi ignorants de leur histoire que les Américains de l'histoire de leurs ancêtres, je crois que les premiers ont tout de même le sens d'une continuité dont ils sont responsables et représentants tout à la fois.

En choisissant volontairement de quitter l'Europe, les premiers colons américains ont introduit une rupture dont leurs descendants ne peuvent que pâtir et qui expliquent, à mon sens, cette "fascination" vis à vis de l'histoire européenne comme une espèce de permanente jalousie/envie qui souvent se présente sous la forme d'une grinçante ironie par rapport aux Européens.

L'immédiateté du temps social chez les Etats-Uniens (tout, tout de suite) est à l'opposé du temps vécu par les Européens (et toutes les autres civilisations) qui est celui de la durée.

C'est peut-être là une des raisons pour lesquelles les rapports sont souvent si déséquilibrés entre les Américains (la Nation américaine en général) et les autres pays du monde.

Le melting pot américain manque du backbone historique qui constitue la nature et l'essence même de tous les autres peuples. Il y a là les prémices d'un conflit sans fin dû à une incompréhension originelle.


18 commentaires:

Anonyme a dit…

Je crois aussi qu'on est, avec cette approche nécessairement étrange de l'histoire en Amérique (et pour une fois aux Amériques et pas seulement aux USA), au coeur de la différence : les USA ne peuvent avoir le même recul sur l'histoire que les Européens parce qu'ils sont fondamentalement une conséquence, un objet de l'histoire européenne.

Tous ces repères invisibles qui jalonnent notre réflexion sur l'histoire, même si cette réflexion inclut pourtant comme tu le dis un nombre non négligeable de confusions et d'erreurs factuelles, ne façonnent pas les mêmes modes de pensée et les mêmes discours.

Comment parler "européen" sans inclure à un moment ou un autre la Renaissance, les guerres entre nations, entre religions, les écoles philosophiques, toutes choses qui sont là, derrière nous et qui nous murmurent, nous structurent. Ces choses sont encore en nous, nous n'en avons pas fait table rase parce que cette question n'avait pas de sens. Le schéma est encore plus prégnant en Chine, qui est de loin le pays où "tout est histoire" (凡事全史), et où la réflexion sur les enseignements du passé a rempli des millions de pages.


La vision USienne de l'histoire ne laisse pas beaucoup de place pour la réflexion. C'est aussi ce qui apparaît dans la multitude des publications académiques américaines - je pense aux travaux de sinologie classique en particulier. Il s'agit d'abord d'une chronique, d'une suite d'évènements qui a pour but, à l'intérieur, d'exalter des valeurs fondatrices du pays et, à l'extérieur, de noter des faits et surtout ceux qui sont en rapport avec eux-mêmes.
En termes de critères de jugement, la religion occupe une place beaucoup plus grande que l'histoire, et les intellectuels/historiens sont réputés fleurer la "vieille europe".

Alors que l'histoire des pays européens est liée (entre eux et avec l'étranger, parce que ce sont eux qui ont exploré pour la première fois la totalité du monde) les USiens ne se sentent pas très concernés par celle d'autres pays, même par celle des pays d'Amérique du Sud, pourtant proche ne serait-ce que d'un point de vue évènementiel. Avec la doctrine de Monroe, ils ont avalisé l'oubli, depuis les textes des latins et des grecs, ils se sont fait une planète pour eux seuls. Hors de chez eux, finalement, c'est terra incognita.

Etchdi

Flocon a dit…

Bravo pour ce commentaire qui est le plus élaboré dont Shall we talk ait jamais été honoré.

ils sont fondamentalement une conséquence, un objet de l'histoire européenne.

Save for the African-Americans, les natives indians et les Asians, l'Amérique est au fond constituée d'Européens qui ont choisi de vivre ailleurs et de s'adapter aux circonstances géographiques.

Deux langues européennes (espagnol et anglais) une même religion sous deux avatars (chrétiens et protestants), des valeurs communes héritées de l'enlightment et même auparavant.

C'est bien la tragédie américaine: comment se distinguer par un être propre et spécifique de sa famille originelle? Ambivalence donc, rejet et fascination.

La continuité permet Tous ces repères invisibles qui jalonnent notre réflexion sur l'histoire
quand la tabula rasa au fondement de la rupture a destructuré le mode de pensée de l'histoire et de la transmission.

La vision USienne de l'histoire ne laisse pas beaucoup de place pour la réflexion Il y a eu un billet qui se rapproche de ton affirmation.

La doctrine Monroe n'est-elle pas la finalisation "légale" du vouloir faire table rase du passé? Et n'est-ce pas au détriment des US de s'être ainsi coupés du reste du monde dans l'illusion de s'être créé un Eden pour soi tout seul?

Les incompréhensions entre Américains et Européens ne sont pas prèts d'être surmontées, la rupture a eu lieu.

Anonyme a dit…

Merci pour la médaille du commentaire ;-)
Pour être plus précis, je voulais dire :
"surtout ceux qui sont intelligibles pour eux-mêmes.
En termes de critères de jugement du monde, la religion..."

Et pour résumer,
Il n'y a pas d'après
à Saint-Germain des Prés
Il n'y a pas d'avant
le Mayflower d'antan.

Etchdi

kendalnite a dit…

Flocon,

Sorry I have not left a comment in a while but I have been enjoying the summer, I did drop in a couple of times and read the post.

Hope is all well and I plan on catching up on reading soon.

Somedays I think in French,some in Tsalgi, some english and other the night when I went to bed, I dreamed in spanish...

KD

Anonyme a dit…

Hi KD,

Thanks for passing by but you may have noted Shall we talk is currently dorment.

I see your own blog is well and alive. May the Force be with you... ;-)


Flocon

Anonyme a dit…

Juste un petit mot pour savoir comment vous allez.

Quoi de neuf sur le front de votre santé ?

EYGH

superfrenchie a dit…

Hi Flocon. Long time no blogging.

Everything's fine?

Flocon a dit…

Merci EYGH de votre sollicitude.

Je me suis absenté une dizaine de jours pour me refaire une santé (façon de parler) à Roscoff(thalassothérapie).

Sur "le front de la santé" j'ai droit à 3 dialyses hebdomadaire de bientôt 3h et demi avant les 4 heures habituelles. C'est long! Et répétitif!!)
En attente d'une greffe de rein d'ici... Hmmm... 15 mois? Un peu plus, un peu moins.

Bon, ce sont les choses de la vie diraient certains, ou une épreuve que le Seigneur m'inflige pour s'assurer de ma foi. ;-)

Encore merci EYGH, j'espère, bien entendu que vous n'avez pas le moindre souci de cet ordre, ni vous ni vos proches.

Flocon a dit…

HI SF,

You will read the answer to your question in the above answer to EYGH.

Also, as I wrote in one my last posts, I feel some humility when thinking at all the too assertive and non sensical comments I've let on your blog as well as on mine...

Thanks for your delicacy.

Now I have 3 or 4 posts of yours to read (plus the comments!) I'll try to participate as soon as possible, when I'm not too tired

Anonyme a dit…

Flocon,

Je suis bien contente que la greffe se profile à l'horizon. J'ai prié pour vous en ce sens. Je suis allée à Lourdes cet été.

La thalasso est une excellente idée. J'en ai fait une pour "maman + bébé" il y a quelques années. Cela fait du bien de se faire "poupouner", de se faire prendre en charge. C'est aussi bon pour le moral que pour le physique.

Je sais que les donneurs sont en nombre insuffisant. Mais il faut avoir la "foi" que vous serez greffé en temps et en heure et que cela se passera bien. Tenez bon.

Merci de vous enquérir de la santé de ma petite famille. Chez nous, tout va bien.

Bon courage.

EYGH

(PS : je pense à vous et vous porte dans ma prière. C'est ça l'épreuve que le Seigneur vous envoie ; qu'une catho pratiquante prie pour vous, "vieux" mécréant !)

Anonyme a dit…

Salut Flocon,

A cause de l'optimisme naturel dans lequel je vis habituellement, je n'avais pas soupçonné une seconde que ton repos était d'ordre médical. Sale affaire. Je ne vais pas prier, mais crois à ma sympathie.

Etchdi

superfrenchie a dit…

Flocon:

Ben dis donc! Je prie pas non plus (mon truc, c'est plutot le blaspheme) mais je suis avec toi en pensees. Bon et rapide retablissement!

Flocon a dit…

Merci EYGH de votre sollicitude. Mais on n'est pas dans le tragique tout de même.

C'est un passage, rien d'autre. le fond de la douleur humaine est insondable comme vous savez.

La douleur, morale et physique, constitue même l'essence de l'existence, sans doute connaissez-vous mes vues à ce sujet...

Flocon a dit…

Salut Etchdi;

Il est des situations qui donnent l'occasion de se poser quelques questions.

Ainsi: quand ne s'appartient-on plus si jamais on s'appartient?

Le monisme s'impose à moi quand il suffit de songer que quelques mlg de lithium vous changent un homme.

Le corps va sa vie; l'esprit poursuit (parfois) son chemin mais à la fin des fins tout s'évapore ensemble.

Flocon a dit…

Hi SF,

Merci de tes pensées, mais il faut voir le bon côté des choses: Avoir un corps qui commence à déconner à 56 ans permet d'espérer que seront évitées les horreurs de la vieillesse. (:smile: et :mrgreen: tout à la fois)

Anonyme a dit…

Je me demande pour ma part si on s'appartient jamais, si entre les sollicitations, le travail, les autres et les loisirs, on est pas souvent hors de soi, ou dans l'illusion de soi.

Bouddhiste? Qui sait? Toi-même, en disant que "la douleur, morale et physique, constitue l'essence de l'existence", tu n'en es pas loin.

Sauf que dans le bouddhisme "l'esprit ne meurt pas" et moi je crois que si et que l'esprit des morts est une invention des vivants.

Voilà de quoi mal commencer un dimanche après-midi pluvieux.
Je vais aller au ciné voir la vie de Séraphine Louis.

Etchdi

Flocon a dit…

Etchdi:

Voilà de quoi mal commencer un dimanche après-midi pluvieux.
Je vais aller au ciné voir la vie de Séraphine Louis.


J'ai parcouru la toile vite fait pour m'informer de Séraphine Louis.
Eh bien dis-donc! Cela a t-il adouci la morosité de ce dimanche pluvieux?

Même fin de vie que Camille Claudel...

J'avais vu il y a quelques années des oeuvres d'une artiste allemande, je crois, réalisées en asile psy où elle avait passé les trois quarts de sa vie. C'était de la dentelle il me semble avec incrustation de coquillages. (petit lapsus: j'avais d'abord écrit: coquilmages)

Ces femmes se sont-elles jamais appartenues? Peut-être dans la création et leur monde imaginaire?

Anonyme a dit…

Hélas, c'était complet. J'y retournerai.

Je me demande s'il n'y a pas que les artistes et les fous qui ne s'appartiennent et à eux seulement (je ne refais pas la phrase mais tu vois ce que je veux dire)

Etchdi